Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Antisémitisme
Antisémitisme arabo-musulman

Antisémitisme virulent dans une agence de presse palestinienne subventionnée par des pays européens et l'UE
31/01/2013

 

Par Hélène Keller-Lind


Article repris du site Desinfos.com, 30 janvier 2013


Ma'an News est une agence de presse palestinienne indépendante. Aussi indépendante qu'elle puisse l'être car fonctionnant dans le cadre d'une Autorité palestinienne connue pour ses violations de la liberté d'expression et des droits des journalistes. Mais on y trouve parfois des propos violemment antisémites, comme dans un article que vient de dénoncer Palestinian Media Watch, Observatoire des Médias Palestiniens. Or, Ma'an News est financé par les gouvernements danois, néerlandais, britannique, ainsi que par l'Union européenne, le PNUD et l'UNESCO.


Un brûlot antisémite classique, teinté de malédiction religieuse

« [Les Juifs] se sentent inférieurs aux nations et aux sociétés dans lesquelles ils vivent, en raison de l'hostilité et du mal qui s'élèvent dans leurs cœurs contre les autres et en raison de leurs complots et manigances contre les nations qui savent avec certitude que les Juifs sont à la racine des conflits dans le monde, partout où ils se trouvent ».

« [Les Juifs] sont des parias dans toutes les régions de la terre et pas une seule nation au monde ne les respecte [...], mais la malédiction d'Allah sur eux et sa fureur contre eux les amènent à ne pas cesser leurs transgressions ».

« Allah a frappé leur cœur de crainte et décrété qu'ils soient humiliés et disgraciés jusqu'au Jour du Jugement ».

Ce sont des passages d'un article de Sawsan Najib Abd Al-Halim, publié par l'agence de presse indépendante palestinienne Ma'an News, le 18 novembre dernier, sous le titre « Israël tremble ». Mais l'auteur ne s'arrête pas là. Il compare les Juifs à des vampires commettant leurs forfaits sous le couvert de la nuit, « car ils sont trop lâches pour affronter l'ennemi en face », et il réitère cette accusation de « lâcheté » à plusieurs reprises. Comme il dit et répète l'idée de la terreur que ressentiraient les Juifs, « fils de la mort ». Dans ce cas, écrit-il, lorsque nous sommes faibles nous devons jouer sur cette peur et la résistance doit continuer, la menace d'annihiler Israël doit être brandie.


Remettre au goût du jour la tactique élaborée par Yasser Arafat et mise en œuvre par Marwan Barghouti : négociations de paix et terreur

Il cite en exemple le Président Yasser Arafat qui « comprenait la faiblesse des Juifs et leur montrait donc le visage de la paix dans les négociations et en même temps brandissait le slogan : « un colon par jour [...] qui terrorisait les Juifs ». Slogan hélas oublié, dit-il. Il poursuit en rappelant que c'est parce qu'il lui est revenu « d'appliquer ce slogan que le camarade-frère Marwan Barghouti a été arrêté ». Palestinian Media Watch – PMW-, qui traduit cet article de l'arabe, étant donné qu'il n'a pas été publié en anglais – arabe et anglais étant les deux langues de publication de cette agence de presse -, souligne que Barghouti a été condamné à la prison vie à cinq reprises pour avoir organisé des attentats-suicide meurtriers contre des civils israéliens.

Et peu importe que la « brutalité des Juifs empire » ainsi que « nos sacrifices » lorsque « pierres et fusils les visent » et qu'ils sont « saisis par la peur », écrit Sawsan Najib Abd Al-Halim. Il faut, dit-il, persévérer dans cette voie

« jusqu'à ce que Allah frappe leur cœur de terreur et, qu'humiliés, ils soient chassés de notre terre. C'est la révolution jusqu'à la victoire ».

Cette dernière phrase estle slogan du Fatah, indique PMW – qui rappelle que la diabolisation des Juifs fait partie intégrante de l'idéologie de l'Autorité palestinienne – et mentionne le contenu antisémite du film programmé récemment par la télévision officielle palestinienne pour l'anniversaire du Fatah, que dirige Mahmoud Abbas.


Qui finance Ma'an News et ce type de propos ?

L'autre partie du problème est la manière dont est subventionné cette agence de presse. Selon son site, Ma'an News, qui fait partie du Réseau Ma'an, a été créée « grâce aux subventions généreuses » de plusieurs organisations ou gouvernements que cite PMW. Elles ont été

« accordées par le bureau du Représentant danois auprès de l'Autorité palestinienne et le bureau du Représentant néerlandais auprès de l'Autorité palestinienne ».

PMW note qu'il a eu d'autres donateurs et partenaires. Ce sont

·        le gouvernement du Danemark ;

·        le gouvernement néerlandais ;

·        la Commission européenne, qui met en œuvre les priorités politiques de l'Union européenne ;

·        le PNUD, Programme des Nations Unies pour le Développement, qui a pour but d'aider « les gouvernements et les peuples à identifier leurs propres solutions aux défis nationaux et mondiaux » ;

·        UKaid qui, selon son site, est « le ministère du Développement international (DFID) [...] département du gouvernement du Royaume-Uni qui gère l'aide britannique aux pays pauvres et travaille à l'éradication de l'extrême pauvreté ».

Les subventions accordées ne semblent pas répondre aux buts affichés de certains de ces organismes, de manière générale. Mais, de surcroît, elles sont utilisées ici à des fins de propagation de l'antisémitisme et d'incitation à la violence.


Une indépendance très contrôlée...

On notera que si Ma'an News fait preuve, la plupart du temps, de professionnalisme, en interrogeant des acteurs palestiniens et israéliens, par exemple, en cas d'incident, cette agence le fait toutefois de manière très prudente. Elle fonctionne, après tout, depuis des Territoires palestiniens sous l'égide soit du Hamas soit de l'Autorité palestinienne qui, l'un et l'autre, sont connus pour leurs violations de la liberté d'expression et des droits des journalistes. Ce que constatent notamment Amnesty International, ou encore Le Monde

Mais ici, il y a dérapage évident, et le fait que cet article n'ait été publié qu'en arabe montre qu'il ne s'agit pas d'une erreur. L'auteur reprend d'ailleurs à son compte l'idéologie martelée par l'Autorité palestinienne au quotidien dans ses médias ou dans les déclarations des dirigeants palestiniens, Mahmoud Abbas y compris.

En arabe, s'entend.

 

Hélène Keller-Lind


© Desinfos