Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Antisémitisme
Antisémitisme chrétien

Une resucée catholique de l'«enseignement du mépris»
13/07/2013

[Ci-dessous, le texte de l'homélie dominicale d'un curé d'une paroisse de Vienne (France), qui est également religieux de la Congrégation des Pères de La Salette. C'est peu dire qu'elle s'inscrit dans le droit fil de ce que Jules Isaac a appelé « l'enseignement du mépris ». Ce religieux diffuse ses homélies délétères à une liste de fidèles catholiques qu'il a connus au fil des décennies. L'un de ses membres m'a transmis ce texte. Je l'en remercie. Il a compris que ce monsieur, qui s'érige en contempteur de la Loi de Moïse pour mieux exalter l'enseignement de Jésus, fait précisément ce qu'il reproche au lévite et au prêtre : il passe à côté du juif blessé depuis près de deux millénaires par les flèches vénéneuses de cette haine religieuse dont nous ne connaissons que trop les fruits mortels. Mieux, il en rajoute une couche... par charité sans doute, en dissuadant les chrétiens de porter sur les juifs le « nouveau regard » que préconise sa propre Eglise, depuis la Déclaration Nostra Aetate, § 4, du Concile Vatican II (1965). Une religieuse française de mes amies a répondu à ce texte délétère par une lettre dans laquelle souffle l'Esprit. Elle m'a autorisé à la diffuser, ce dont je la remercie du fond du coeur. (Menahem Macina).]

 

 

15ème DIMANCHE ORDINAIRE C 2013

 

[...]

 

« Maître que dois-je faire pour avoir la Vie éternelle ? ». S'inquiéter pour posséder la Vie éternelle, se poser la question, c'est déjà merveilleux! C'est proclamer qu'il y a une Vie éternelle, une Vie future. Aujourd'hui, trop de gens ne croient pas en cette Vie future. Pour eux, il n'y a rien après la mort, à la mort, l'homme a accompli son parcours et tout se termine à la tombe... Certains se donnent un sursis en parlant de réincarnation possible.

 Pour les chrétiens que nous sommes, il n'y a pas de doute, Jésus est allé nous préparer une place, près de son Père, dans son Royaume, et il nous y attend. « Je pars vous préparer une place et là où je suis je veux que vous y soyez vous aussi ! »

 

« Maître que dois-je faire pour avoir la Vie éternelle ? » Qui de nous ne s'est pas posé un jour cette  question ? Trouver une réponse à cette interrogation, c'est engager toute une vie. C'est donner un sens à sa vie.

 

« Maître, que dois-je faire pour avoir la Vie éternelle ?"

« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, et tu aimeras ton prochain comme toi-même. » – « Mais qui est mon prochain ? ».

 

 À cela, Jésus répond en nous proposant la parabole du bon Samaritain. Il n'y a pas de quoi être fier de l'attitude du prêtre et du lévite ; eux, des spécialistes de la Loi de Moïse et des pratiquants de la liturgie du Temple, ils n'ont rien fait pour notre blessé. Aujourd'hui, leur attitude serait condamnée pour non-assistance à personne en danger.

 

Sans vouloir me mettre de leur côté, je pense qu'on peut leur trouver des excuses. Ces gens-là essaient de pratiquer la Loi de Moïse dans tous ses détails, et au nom de cette Loi, toucher un homme qui saigne de partout ce serait, pour eux, contracter une impureté. Pour un prêtre ou un lévite, une impureté les empêcherait de célébrer la liturgie au Temple pendant au moins huit jours.

 

On touche du doigt ici toute la rigueur, la sécheresse, la pauvreté, de la Loi de Moïse, qui fait passer l'application de la loi avant le bonheur, avant la vie même des personnes. Jésus en apportant toute la richesse de son commandement d'amour affirmera : « Je ne suis pas venu abolir la Loi, mais la parfaire. » [en fait, littéralement : l'accomplir].

C'est un Samaritain, un étranger, un ennemi héréditaire, avec qui les Juifs n'ont aucune relation, un Samaritain donc, qui va s'approcher de notre victime et lui soigner ses plaies.

« Qui est mon prochain ? » Je rencontre un homme en danger de mort, mais la Loi de Moïse m'interdit de le toucher !!! A ce stade, on peut se poser la  question : qu'est-ce qui est le plus important, l'obéissance à la Loi, ou la vie d'un homme ?

Non, je n'exagère pas, encore aujourd'hui, nous savons bien nous mettre derrière la loi pour éviter de trop en faire pour les autres

Malheureusement pour notre tranquillité, Jésus a résumé toute la Loi en un seul mot : AIME. Et c'est là toute la différence entre la Loi de Moïse et le commandement de Jésus. AIME, c'est-à-dire, recherche, réalise le bonheur de celui qui est près de toi, ton prochain. Recherche le bonheur de celui qui attend ton aide. AIME celui qui est toujours là à te demander pardon pour ses offenses envers toi, celui qui t'énerve et que tu ne peux plus supporter...

AIME, alors tu pourras être assuré qu'un jour, Jésus t'accueillera chez lui et qu'il te donnera la Vie en abondance, la Vie éternelle. « Va et  fais de même ! »

 

 

© P. B.

 

---------------------------------

 

 

[Réaction d'une religieuse qui, comme moi-même et quelques autres, croit que Dieu a rétabli son peuple]:

 

Cher Paul, bonjour

 

J'ai reçu ton homélie du 15e dimanche ordinaire. De quoi pleurer !

Comme prêtre, et en plus missionnaire de la Salette, si c'est ce mépris de la Loi que Dieu a transmise à Moïse que tu viens enseigner à ton troupeau, au NOM de Jésus, je crains que tu construises  sur du sable… Mépriser la Loi, c'est mépriser l'Auteur de la Loi.

Et pourquoi ce besoin de diffamer les Juifs ? Excuse-moi, mais quand il y a des attentats terroristes en Israël, les Juifs de Mea Shearim [*], orthodoxes, n'ont pas peur de « toucher des hommes qui saignent de partout » pour leur porter secours, ainsi qu'à tous les blessés, qui sont soignés par des Juifs Israéliens, dans des hôpitaux israéliens sans distinction aucune.

Par contre, je n'ai jamais entendu dire qu'un prêtre chrétien - et ils sont nombreux à Jérusalem - se soit une seule fois rendu sur les lieux des attentats. Sans doute, pour observer sa prière ? Plus importante que de se salir les mains avec du sang ?...


On sait, si on veut savoir, que quand il y a eu des catastrophes naturelles, comme à Haïti, au Japon, ce sont les équipes israéliennes qui sont arrivées parmi les premières. Prêtes aussi à porter secours à des pays musulmans, ennemis, mais qui ont parfois refusé.

On ne peut pas oublier que Dieu se révèle à Moïse AVANT de lui donner Sa Loi : 

« Je suis le Seigneur, Ton D.ieu… » (Exode 20,1).

Pour obéir il faut savoir à qui !

La vérité est toujours dure à entendre, et peut-être encore plus dure à dire.

Je prie pour toi, que le Seigneur te fasse la grâce d'aimer Son Peuple  avec Lui et selon tes moyens. Et que tu aides ton troupeau à passer du « mépris à l'estime » du Peuple juif selon ce que nous demande l'Eglise depuis Vatican II, puisque la Bible et les évangiles n'y sont pas arrivés !

Bien cordialement

 

Marie-Thérèse

 

--------------

 

Note:

 

[*] Sr Marie –Thérèse fait ici une confusion, fréquente, d'ailleurs. Les juifs dont il s'agit ne sont pas de Mea Shearim. Il s'agit en majorité de juifs orthodoxes appartenant à l'organisation Zihuy Korbanot Asson (en abrégé, ZAKA) qui signifie « Identification des victimes de catastrophes ». Cet organisme caritatif israélien, reconnu par le gouvernement israélien, participe  à l'identification des victimes du terrorisme, des accidents de la route et autres catastrophes. Ils se chargent de collecter les restes de corps et les flaques de sang afin que les victimes puissent être enterrées avec intégrité. Ils fournissent aussi des aides de premiers secours et participent à la recherche d'individus disparus. (D'après Wikipedia).