Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Etats du monde
Europe

Le défi de l'empire, par Shmuel Trigano
15/10/2013

 

[Texte aimablement communiqué par controverses@dialexis.org]


Octobre 2013

 

Une très ancienne doctrine prophétique nous décrit l'histoire du peuple d'Israël comme une succession d'assauts d'empires (quatre selon le prophète Daniel) qui tous, sans exception, ont projeté sa destruction parce qu'ils ont senti en lui un obstacle à leur volonté de puissance sans limites, et surtout un défi à leur ambition d'incarner l'absolu (selon le Maharal de Prague, ils tirent chacun leur force du fait qu'ils s'approprient l'une des 4 lettres du Nom divin).

On peut se demander si nous ne vivons pas des choses semblables avec la nouvelle provocation de l'Union Européenne, dont tout, dans sa politique et son fonctionnement, nous montre qu'elle s'apparente à un empire, si ce n'est qu'elle est acéphale pour l'instant, à moins que « le couple franco-allemand » ne s'apparente aux deux empereurs qui régnaient en même temps à Byzance. Nous avons vu que ce pouvoir pouvait réduire au néant économique et social des peuples entiers (Grèce, Espagne, Portugal, Italie), imposer de façon coercitive des lois extravagantes, qui changent la définition de la condition humaine, ou favorisent l'intrusion d'immigrants illégaux, etc.

Nous avions déjà souligné, dans ces colonnes, l'obsession malsaine de l'Union Européenne en faveur du nationalisme palestinien, qui conduit à stigmatiser de façon infamante Israël, à lui dicter le tracé de ses frontières sous la menace permanente d'un bannissement international, dont il serait le seul cas. Cela ferait déjà beaucoup si, dans cette Union Européenne, ne faisait également rage un antisémitisme sournois et très « moral », d'un genre tout à fait nouveau. Voici maintenant qu'elle bannit, en son assemblée parlementaire, la pratique de la circoncision - fâcheux souvenir qui nous rappelle une mesure semblable édictée par l'empire hellénistique d'Antiochus Epiphane qui déclencha la révolte des Maccabées, ou le critère d'extermination que devint cette marque rituelle dans le Reich d'Hitler, qui la qualifiait d' « amputation de l'être humain » !

L'argumentaire de cette résolution est significatif. La mise sur le même plan de la circoncision et de l'excision et leur qualification de « mutilations génitales » constituent déjà une violence symbolique. Pourtant, la circoncision n'est nullement l'ablation d'un organe. Elle ne contredit pas les critères médicaux, elle s'impose, au contraire, en cas de phimosis ou de prévention du Sida. La définir comme une « violation de l'intégrité physique » est démagogique. Bien d'autres atteintes à l'intégrité humaine sont en cours dans l'Europe légale ! En outre, il y a circoncision et circoncision. Une très grande différence sépare en effet le judaïsme de l'islam à ce propos, à la fois sur la méthode chirurgicale et sur l'âge de la pratique: la circoncision à l'âge de 8 jours est radicalement différente de celle qui est effectuée à l'âge de 5, 11, voire 15 ans. L'impact psychique n'est absolument pas le même. De ce point de vue, la proposition européenne d'attendre 15 ans pour que l'enfant donne son « consentement » est scandaleuse: à cet âge ce serait un traumatisme violent. L'apothéose de l'argument, c'est l'invocation magique des « droits de l'homme » ; mais, derrière le mot « homme », il est à craindre que se dissimule une idéologie très identifiable: le postmodernisme [1], dont les adeptes veulent changer la définition même de la condition humaine à travers décrets et stigmatisations.

Si cette décision n'est que consultative, pour l'instant, elle n'en reste pas moins une violence symbolique faite aux Juifs. Elle est d'autant plus grave qu'elle pose une norme qui va engendrer un flux d'actions judiciaires de la part des antisémites distingués, d'autant que le Parlement appelle à une agitation publique. Dans le volapük [2] inimitable de la bureaucratie impériale, il appelle les États « à lancer des débats publics, fondés sur le dialogue interculturel et interreligieux, visant à atteindre le plus large consensus possible sur les droits de l'enfant à la protection ».

Les choix de l'Union Européenne sont attentatoires au peuple juif et inacceptables par lui. Ils portent atteinte à trois fondamentaux de son existence, sur lesquels il ne peut ni ne doit transiger: l'acte d'entrée dans le peuple juif (par la circoncision), l'existence d'un peuple juif souverain dans l'État d'Israël, la survie physique du peuple juif (à travers la Cacherout [3]). C'est comme un programme de destruction "soft" - et si "moral" ! - du peuple juif.

70 ans après la Shoah, il n'est pas possible que les communautés juives se taisent. Soit elles combattent avec vigueur ces projets, soit les Juifs doivent faire leurs valises.

Nous vivons des temps prophétiques. Les temps de la Yetsiat Eiropa [4] ?

 

© Shmuel Trigano

 

-------------------- 

 

Notes de Menahem Macina

 

[1] Voir l'article « Philosophie postmoderne », de Wikipédia.

[2] Voir l'article que consacre Wikipédia à cette langue inventée vers la fin du XIXe s.

[3] Sur la Cacherout, vois l'article de Wikipédia.

[4] « Sortie d'Europe », translittération d'une expression hébraïque, calquée sur celle de Yetsiat mitsraïm : sortie d'Egypte.