Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Médias
Désinformation

L'ONG catholique Caritas Int'l porte des accusations gravissimes contre Israël
13/12/2013


Article paru sur le Blog Philosémitisme, le 13 décembre 2013.

 

Joods Actueel (presse juive flamande) rapporte qu'un haut cadre de la branche belge de l'ONG catholique européenne Caritas International n'a pas dit la vérité sur l'intervention humanitaire d'Israël aux Philippines, suite aux ravages causés par le typhon Haiyan, au cours de l'émission TerzaKe (le JT de 20h00 du 13 novembre de la chaîne flamande VRT2). Pour rappel, l'armée israélienne avait acheminé près de 100 tonnes d'aide humanitaire et d'équipements médicaux, dont du matériel pédiatrique pour les salles d'accouchement.

M. Jan Weuts a déclaré que la Gazette des Philippines (il s'agit du site gouvernemental http://www.gov.ph) avait accusé Israël de s'être approprié la place destinée aux humanitaires belges de l'équipe B-FAST. Les Israéliens, a-t-il ajouté, avaient exigé d'avoir "cet emplacement" pour leurs opérations de secours, dans un souci de médiatisation, parce que tous les journalistes y sont.

Conscient de l'antagonisme de certaines ONG catholiques européennes envers Israël, JA a eu des doutes.  Sa rédaction a donc demandé à M. Weuts, qui travaille au siège de Caritas International à Bruxelles, de lui faire parvenir le lien (Internet) de l'article en question. Constatant que cette accusation très grave ne figurait pas dans l'article, JA a à nouveau contacté l'humanitaire.

Celui-ci répliqua qu'il s'agissait d'une mise à jour et que le gouvernement philippin avait fait retirer cette information présumée "sensible". JA a poussé son investigation plus loin et a à nouveau pu constater que la mention diffamatoire ne figurait pas non plus dans la version originale. Mis devant les faits, Jan Weuts a alors prétendu qu'il avait perdu cette information sur son ordinateur.

JA estime que M. Weuts a délibérément répandu de fausses informations contre Israël et qu'il a été démasqué. La réalité est qu'au début de son action, l'équipe belge B-FAST a eu des problèmes de logistique qui n'avaient rien à voir avec le travail de l'équipe israélienne. Le responsable de l'équipe B-Fast aux Philippines, Geert Gijs, a confirmé à Joods Actueel que les lieux sont assignés par les Nations Unies, et a dénoncé les propos de Caritas visant à donner une image négative d'Israël auprès du public. Il a confirmé que la coopération entre B-Fast et les Israéliens s'est toujours bien déroulée et qu'il les considère comme de vrais professionnels. On connaît le vieil adage si cher à certaines élites et grandes consciences européennes: "when in trouble or in doubt blame the Jews" [en cas de problème ou de doute, accusez les Juifs].

Le comble est qu'à la demande des autorités philippines, les Israéliens ont installé leur hôpital de campagne dans la partie nord de l'île durement frappée par la tempête et privée d'électricité. Il est clair que les Israéliens, confrontés à la menace permanente d'actes terroristes palestiniens, ont une grande expérience en matière de secours aux victimes. Les propos de M. Weuts sont d'autant plus regrettables que, lorsque les Israéliens ont installé leur hôpital de campagne, les journalistes n'étaient pas encore arrivés dans la région...

Mais M. Weuts n'en est pas resté là, il a continué à adresser à Joods Actueel des emails dans lesquels il ne cachait pas le dégoût que lui inspire Israël. A l'occasion de la naissance, dans l'hôpital israélien d'un bébé philippin, que ses parents reconnaissants ont prénommé Israël [photo], M. Weuts a spontanément adressé un email à la rédaction de JA dans lequel il insinuait - sans le moindre début de preuve - qu'au même moment, une mère palestinienne de Cisjordanie n'arrivait pas à temps à la maternité à cause des déviations imposées par les Israéliens.

L'homme a clairement montré son animosité et ses vrais sentiments en ajoutant: "Et voyez-vous, monsieur, il est impossible de nier que les relations publiques ou la géopolitique ne jouent aucun rôle dans le déploiement de l'aide militaire dans les crises humanitaires. Dans le cas des États-Unis et d'Israël en raison de leur rôle dramatique au Moyen-Orient, cela devient de plus en plus évident pour un nombre croissant de gens."

Un lecteur nous signale que M. Jan Weuts a de nombreuses fonctions dans le domaine associatif et humanitaire.  M. Weuts n'est pas seulement responsable dans l'organisation catholique Caritas International, mais aussi:

- membre co-opté de la commission de l'aide humanitaire de Caritas Europe (http://www.caritas-europa.org/code/EN/abou.asp?Page=297);

- membre du conseil d'administration du projet Sphère (Le projet Sphère est une initiative à but non lucratif rassemblant un vaste panorama d`agences humanitaires autour d'un objectif commun: améliorer la qualité de l'aide humanitaire ainsi que la redevabilité des acteurs humanitaires vis-à-vis de leurs mandants, de leurs bailleurs de fonds et des populations sinistrées). Il y représente "Caritas Internationalis [qui] est une confédération regroupant 165 organisations catholiques d'aide humanitaire, de développement et de services sociaux travaillant dans plus de 200 pays et territoires à l'échelle mondiale. Elle s'impose comme l'un des réseaux majeurs de lutte contre la pauvreté et l'injustice à travers le monde." (http://www.sphereproject.org/sphere/fr/a-propos/gouvernance/membres-du-conseil-dadministration/#Jan_Weuts);
- il enseigne à l'Université catholique de Louvain le "Management de l'action humanitaire" (http://www.uclouvain.be/cours-2011-lhuma2040.html); 
- membre du conseil d'administration de Médecins sans frontières Belgique jusqu'à 2016(
http://www.ejustice.just.fgov.be/tsv_pdf/2013/09/04/13136336.pdf);
- membre de l'European Interagency Security Forum  (
http://www.zoominfo.com/p/Jan-Weuts/675926605).   

Il est diplômé en histoire moderne (université Vlaamse de Bruxelles).

Pour les activités et propagande anti-israélienne de Caritas, voir NGO Monitor ICI.