Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

Testament de douze Patriarches
15/01/2014

Le Testament des Douze Patriarches

Traduction française anonyme en ligne, consultée le 13 janvier 2014. Cette traduction est de très mauvaise qualité. Je l'ai sommairement corrigée. J'y recours parce qu'il n'en existe pas d'autre en ligne.
J'ai mis en rouge les passages à portée typologique et eschatologique, et en bleu ceux qui sont visiblement empruntés au Nouveau Testament.

1. Du testament de Reuben concernant les pensées
Transcription du testament de Reuben, des choses dont il chargea ses fils avant sa mort en la cent vingt-cinquième année de sa vie. Quand il est tombé malade, deux ans après la mort de Joseph, ses fils et ses petits-fils se réunirent pour le visiter et il leur dit : – Mes enfants, je vais mourir et partir vers mes pères. Il vit là Juda, Gad et Asher ses frères, il leur dit : – Soulevez-moi mes frères que je dise à mes frères et à mes enfants quelles choses j'ai cachées dans mon cœur, car désormais ma force s'affaiblit. Il se leva et les embrassa et dit en pleurant : – Écoutez mes frères, prêtez l'oreille à ce que Reuben votre père vous commande. Et voici je prends le Dieu des cieux à témoin contre vous aujourd'hui pour que vous ne marchiez pas dans l'ignorance de la jeunesse et la fornication dans laquelle je me jetai avidement souillant le lit de mon père Jacob. Car je vous dis qu'il a frappé mes reins d'une douloureuse peste pendant sept mois et sans l'intercession de Jacob notre père qui pria le Seigneur pour moi, le Seigneur m'aurait sûrement détruit. Je n'avais que trente ans quand je fis ce mal sous les yeux du Seigneur et pendant sept mois j'ai été malade jusqu'à la mort et je me suis amendé pendant sept années pour placer correctement mon âme devant le Seigneur ; je ne bus ni vin, ni boisson forte et aucune viande n'entra dans ma bouche, et je ne goûtai aucun mets agréable, pleurant mon péché, car il était grand, et qu'il ne se fasse plus ainsi en Israël.
Et maintenant mes enfants, écoutez les choses que j'ai vues dans mon amendement au sujet des sept esprits d'erreur ; sept esprits de Beliar sont envoyés contre l'homme et ils sont chefs des actes de jeunesse, contre sept esprits qui lui sont donnés à sa création, que par eux se fasse tout travail d'homme. L'esprit de vie est premier par lequel l'être de l'homme est entièrement créé ; l'esprit de vue est deuxième par lequel le désir surgit ; l'esprit d'écoute est troisième par lequel l'instruction vient ; l'esprit d'odorat est quatrième par lequel est donné l'envie d'inspirer l'air et de respirer ; l'esprit de parole est cinquième par lequel vient la connaissance ; l'esprit de goût est sixième par lequel vient le manger de viandes et de boissons et par eux se produit la force, car la nourriture est la base de la force ; le septième est esprit de reproduction et rapport sexuel par lequel vient aussi l'amour du plaisir, un péché. Il est le dernier dans l'ordre de création et le premier de jeunesse parce qu'il est rempli d'ignorance et conduit la jeunesse comme un homme aveugle dans un fossé, comme un troupeau vers un précipice. À côté de tout cela il y a un huitième esprit de somnolence par lequel l'hypnose de la nature humaine est créée et l'image de mort.
À ces esprits sont confondus des esprits d'erreur : Le premier esprit de fornication réside dans le tempérament et dans les sens ; le deuxième esprit d'avidité dans l'estomac ; le troisième esprit de querelle dans le foie et la joue ; le quatrième est l'esprit de flatterie et tromperie qui par excès d'enthousiasme un homme peut sembler être équitable ; le cinquième est l'esprit de supériorité par lequel un homme peut être vexé et devient hautain ; le sixième est esprit de mensonge qui fait croire les paroles de perdition et d'envie et dissimule les paroles des parents et amis ; le septième est esprit d'injustice par lequel sont le vol et les fraudes qu'un homme peut faire selon l'envie de son cœur, car l'injustice agit avec les autres esprits aux moyens d'astuce. À côté de tout ça, le huitième esprit d'inertie est conjoint à l'erreur et la fantaisie. Car ainsi périt tout jeune homme, obscurcissant sa conscience de la vérité et ne comprenant pas la loi de Dieu, n'obéissant pas aux avertissements de ses pères, comme il arriva aussi dans ma jeunesse.
Et maintenant enfants, aimez la justice et elle vous préservera. Je vous conseille d'écouter Reuben votre père ; ne portez pas attention à la vue d'une femme, ne vous joignez pas non plus de manière personnelle avec une femme sous l'autorité d'un mari, ni ne fouinez dans les affaires féminines. Car je n'aurais pas vu Bilhah si elle s'était baignée dans un lieu couvert ; je ne serais pas tombé dans ce grand délit, car mon esprit habité par la nudité de la femme ne me permit pas de dormir jusqu'à ce que je commette l'acte abominable. Et quand Jacob notre père s'absenta avec Isaac son père quand nous étions à Gader près d'Ephratha à Bethlehem, Bilhah était ivre et allongée nue endormie dans sa chambre, et quand j'entrai et aperçus sa nudité, je commis ce délit et partis en la laissant endormie. Et immédiatement un ange de Dieu révéla à mon père mon impiété et il s'endeuilla pour moi et ne la toucha plus.
Alors ne prêtez pas d'attention à la beauté de femme et ne rêvassez pas sur leurs manières, mais marchez dans l'unité du cœur dans la crainte du Seigneur et soyez laborieux dans votre travail et vaquez à l'étude et parmi vos troupeaux jusqu'à ce que le Seigneur vous donne la femme qu'il voudra pour ne pas souffrir ce que je souffris. Jusqu'à la mort de mon père, je n'avais pas la force de regarder son visage ouvertement ou de parler à aucun de mes frères à cause de mon grief, et même maintenant ma conscience m'afflige à cause de mon péché. Mais mon père me réconforta, car il pria le Seigneur pour moi pour que la colère du Seigneur s'éloigne de moi, tout comme le Seigneur me le montra. À partir de ce moment j'étais protégé et ne péchai plus. Alors mes enfants, observez toutes choses que je vous commande et vous ne pècherez pas, car la formication est la destruction de l'âme, la séparant de Dieu et la rapprochant des idoles, car cela trompe la pensée et la compréhension, et abaisse les jeunes hommes dans le supplice avant leur temps. Car la fornication en a dévasté plusieurs, que ce soit un vieil homme ou un noble, cela produit envers lui un reproche et un sujet de moquerie vis-à-vis de Beliar et des fils des hommes. Pour cette raison, Joseph se garda de toute femme et purgea ses pensées de toute fornication ; il obtint faveur aux yeux du Seigneur et des hommes. Car la femme Égyptienne fit plusieurs choses contre lui en invoquant les magiciens et lui offrant des potions d'amour mais l'intention de son âme n'admettait aucun désir impur, alors le Dieu de mes pères le délivra de toute mort invisible et cachée. Car si la fornication ne domine pas votre pensée, Beliar ne pourra dominer non plus.
Mes enfants, blessantes sont les femmes parce que n'ayant ni autorité, ni force sur l'homme, elles agissent subtilement sous des apparences extérieures pour l'attirer vers elles, et celui qu'elles ne peuvent dominer par force, elles le dominent par ruse. D'ailleurs l'ange du Seigneur me le dit à leur sujet et m'apprit que les femmes sont vaincues par l'esprit de la fornication plus que les hommes et qu'elles préméditent contre les hommes dans leur cœur et qu'aux moyens de leur ornements elles séduisent en premier leurs pensées et font pénétrer le poison en clignant des yeux et les prennent alors captifs par leurs manières, car une femme ne peut pas dominer un homme de force.
Alors mes enfants, fuyez la fornication et instruisez vos femmes et vos filles qu'elles n'ornent pas leurs têtes et leurs visages, parce que toute femme qui trompe par ces choses est réservée au châtiment éternel. Car avant le déluge elles séduisirent les vigilants [anges] de cette manière, et comme ceux-ci les regardaient continuellement, ils tombèrent dans le désir, chacun envers l'autre, et conçurent l'acte dans leur esprit en prenant l'aspect des hommes qui, pour elles, ressemblaient à leurs maris dans leur orgasme. Les femmes aux pensées animées du désir de ces apparitions donnèrent naissance aux géants parce que les vigilants leur apparaissaient comme touchant les cieux mêmes.
Alors attention à la fornication si vous désirez être purs dans votre pensée, préservez vos sens de toute femme et instruisez-les plutôt de ne pas se tenir en compagnie des hommes pour qu'elles soient aussi pures dans leurs pensées. Les rencontres fréquentes, même si elles ne donnent pas lieu à des désirs impies, sont pour eux une infection sans remède et pour nous un blâme éternel de Beliar. Car la fornication n'a en soi aucune compréhension de la dévotion, et toute jalousie habite dans le désir. Alors vous serez jaloux des fils de Lévi et chercherez à être plus exaltés qu'eux, mais vous n'en serez pas capables, car Dieu exécutera leur revanche et vous mourrez d'une mauvaise mort. Car le Seigneur a donné à Lévi la souveraineté, et à Juda, à Dan et Joseph et moi aussi avec eux pour devenir des gouverneurs. Alors je vous commande d'écouter Lévi parce qu'il connaîtra la loi du Seigneur et donnera les ordonnances quant aux jugements et sacrifices pour tout Israël jusqu'à ce qu'advienne le temps de l'oint, le grand prêtre que le Seigneur a annoncé. Je vous conjure par le Dieu du ciel d'agir dans la vérité chacun de vous avec son prochain et d'approcher Lévi avec humilité de cœur pour que vous receviez une bénédiction de sa bouche. Il bénira Israël et spécialement Juda, car le Seigneur l'a choisi pour gouverner tous les peuples. Et vénérez sa semence, car il mourra pour nous dans des combats invisibles et visibles et sera parmi nous un roi éternel.
Et Reuben mourut après avoir donné instruction à ses fils et ils le mirent dans un cercueil jusqu'à ce qu'ils le portent hors d'Égypte pour l'enterrer à Hébron dans la double caverne où ses pères se trouvaient.

Du testament de Siméon concernant l'envie
Transcription des paroles de Siméon, des choses qu'il dit à ses fils avant sa mort à la cent-vingtième année de sa vie, l'année où Joseph mourut. Ils vinrent le visiter quand il était malade et lui, prenant force, s'assit, les embrassa et leur dit : – Mes enfants, écoutez Siméon votre père, écoutez les choses que j'ai dans mon cœur. Je suis né de Jacob mon père, son deuxième fils, et Léa ma mère m'appela Siméon parce que le Seigneur entendit sa prière. Je devins extrêmement fort, je ne reculais pas devant aucun exploit, ni avais-je peur de rien. Mon cœur était dur, ma pensée inflexible et mes entrailles sans émotion parce que le Très-Haut avait aussi donné du courage à l'homme dans son âme et corps. C'était dans ce temps j'étais jaloux de Joseph parce que notre père l'aimait et j'employais ma pensée contre lui pour le détruire, car le prince de l'erreur envoya l'esprit de jalousie et aveugla ma pensée pour que je ne le regarde pas comme un frère, sans épargner Jacob mon père. Mais son Dieu et le Dieu de ses pères envoya son ange et le délivra de mes mains. Car quand j'étais à Shechem porter de l'onguent pour les troupeaux et Reuben à Dotham où étaient tout notre nécessaire et tous nos stocks, Juda notre frère le vendit aux Ismaélites. Et quand Reuben revint, il fut accablé, car il espérait le ramener sauf à son père. Mais j'étais en colère contre Juda qui l'avait laissé partir vivant et pendant cinq mois j'avais de la rancœur contre lui. Mais Dieu me restreint et me priva de tout travail de mes mains, car ma main droite devint moitié sèche pendant sept jours et je savais, mes enfants, que cela m'arrivait à cause de Joseph et je me repentis et lamentais, et je suppliais le Seigneur de me redonner ma main et que je sois préservé de toute pollution et d'envie et de toute folie. Je savais que j'avais conçu un mauvais geste devant le Seigneur et devant Jacob mon père au sujet de Joseph, parce que je l'enviais.
Et maintenant mes enfants, prenez garde à l'esprit d'erreur et d'envie, car l'envie maitrise entièrement la pensée d'un homme, ne lui permet pas de manger, ni de boire, ni de faire aucune bonne chose ; il le persuade de détruire celui qu'il envie. Et celui qui est envié fleurit mais celui qui envie flétrit. Pendant deux années de jours, j'affligeais mon âme en jeûnant dans la crainte de Dieu et j'appris que la délivrance de l'envie vient par la crainte de Dieu. Si un homme accoure vers le Seigneur, l'esprit du mal s'enfuit de lui, sa pensée devient facile et il sympathise alors avec celui qu'il enviait et ne condamne pas ceux qui l'aiment, et ainsi son envie cesse.
Mon père s'enquerrait à mon sujet, car il voyait que j'étais accablé, et je lui disais que j'avais mal au foie. Car je me repentais plus qu'eux tous, car j'étais coupable de la vente de Joseph. Et quand nous sommes descendus en Égypte et qu'il nous traita en espions, je savais que je souffrais en justice et ne me plains pas. Joseph était alors un homme bon et l'esprit de Dieu était en lui, plein de compassion et de pitié, il ne portait aucune malice contre moi, non, il m'aimait autant que le reste de ses frères. Ainsi mes enfants, prenez garde à toute jalousie et envie, et marchez dans l'unité de votre âme et avec bon cœur, gardant à l'esprit le [frère] de votre père que Dieu vous donne aussi grâce et gloire et bénédiction sur vos têtes, comme je voyais aussi en lui. Tous ces jours il ne nous fit pas de reproches au sujet de cette chose mais nous aima comme sa propre âme et parmi ses propres fils, et il nous louait et nous donna à tous librement richesses et troupeau et fruits. Alors mes enfants bien aimés, vous aussi, que chacun aime son frère d'un bon cœur et ôtez de vous tout esprit d'envie, car cela rend l'esprit sauvage et détruit le corps, détourne ses buts dans la colère et combat et trouble jusqu'au sang et amène la rage dans la pensée, et ne tolère aucune réserve pour agir entre hommes. De plus, il ôte le sommeil et engendre le tumulte de l'âme et l'agitation du corps. Car même dans son sommeil, des mauvaises jalousies le déroutent, rongent son âme et le dérangent avec des esprits méchants, et rendent son corps agité et sa conscience se réveille en pleine confusion en pensant avoir un esprit méchant et pervers comme ils apparaissent aux hommes.
Par conséquent, Joseph avait une apparence loyale et bonne à regarder, parce qu'en lui ne se trouvait aucune méchanceté, parce que l'esprit détraqué se reflète sur le visage. Et maintenant mes enfants, rendez vos cœurs bons devant le Seigneur et vos voies droites devant les hommes et vous trouverez grâce devant Dieu et les hommes. Prenez garde de ne pas commettre de fornication, car elle est la mère de toutes les malveillances, séparant Dieu et rapprochant Beliar. Car je l'ai vu écrit dans les écrits de Hénoch que vos fils avec vous seront corrompus de fornication et feront tort à Lévi par l'épée, mais ils ne prévaudront pas contre Lévi, car il engagera la guerre du Seigneur et vaincra toutes vos légions et il n'en restera plus qu'un peu divisé entre Lévi et Juda et il n'y aura pas de souveraineté pour aucun de vous comme mon père Jacob l'a prophétisé aussi dans ses bénédictions.
Voici je vous ai déclaré toutes choses pour que je sois affranchi du péché de vos âmes. Si maintenant vous ôtez de vous l'envie et toute la raideur de votre nuque alors mes os fleuriront comme une rose en Israël et ma chair comme un lilas dans Jacob et mon odeur sera comme l'odeur du Liban, et de moi se multiplieront les saints êtres pour toujours et comme les cèdres leurs branches s'étendront très loin. Alors la semence de Canaan périra et plus aucune trace ne restera d'Amalek et tous les cappadociens périront et tous les hittites seront complètement détruits. La terre de Ham tombera et toute personne périra, alors toute la terre se reposera du trouble et tout le monde sous le ciel de la guerre. Alors Shem sera glorifié parce que le Seigneur Dieu, le puissant être d'Israël, apparaîtra sur terre comme homme et par lui Adam sera sauvé. Alors tous les esprits d'erreur seront livrés pour être piétinés aux pieds et les hommes surmonteront les mauvais esprits. Alors je me lèverai de joie et bénirai le Très-Haut pour ses merveilleuses actions, car Dieu aura pris corps et mangé avec les hommes et les aura sauvés.
Et maintenant mes enfants, obéissez à Lévi et en Juda vous serez rachetés, et ne vous soulevez pas contre ces deux tribus, car d'eux se lèvera pour vous le salut de Dieu, car le Seigneur s'élèvera de Lévi comme si c'était un prêtre et de Juda comme si c'était un roi, dieu et homme ; ainsi il sauvera tous les païens et la race d'Israël. Par conséquent, toutes ces choses que je vous commande, commandez-les aussi à vos enfants pour qu'ils les observent au cours de leurs générations.
Et Siméon mit fin à l'instruction de ses fils et dormit avec ses pères, âgé de cent-vingt ans, et ils le déposèrent dans un cercueil de bois incorruptible afin d'amener ses os à Hébron. Et durant un conflit des Égyptiens, ils les emportèrent secrètement, car les Égyptiens gardaient les os de Joseph dans la maison du trésor du palais parce que les sorciers leur disaient qu'au départ des os de Joseph il y aurait ombre et noirceur sur toute l'Égypte et une plaie extrême sur les Égyptiens, à tel point qu'un homme ne reconnaîtra pas son frère même avec une lampe.
Et les fils de Siméon pleurèrent leur père selon la loi du deuil et ils furent en Égypte jusqu'au jour de leur départ d'Égypte par la main de Moïse.

Du testament de Lévi concernant la prêtrise et l'arrogance
Transcription des paroles de Lévi, des choses qu'il appointa à ses fils conformément à tout ce qu'ils devaient faire et des choses qui leur arriveraient jusqu'au jour du jugement. Il était en bonne santé quand il les appela à lui, alors qu'il lui fut montré qu'il devait mourir.
Quand ils furent réunis ensemble, il leur dit : – Moi Lévi fut conçu et né à Haran et ensuite je vins à Shechem avec mon père. Et j'étais jeune d'environ vingt ans quand avec Siméon je cherchais vengeance sur Hamor pour notre sœur Dinah. Et quand nous nourrissions nos troupeaux à Abel-Maul, un esprit de compréhension du Seigneur vint sur moi et je vis tous les hommes souiller leur voie et que l'injustice se construisait des murs et sur les tours la malfaisance assise, et je gémis pour la race des hommes et je priais le Seigneur que je sois sauf. Alors il tomba sur moi un sommeil et je me tenais sur une haute montagne, c'est la montagne d'Aspis en Abel-Maul, et voici, les cieux étaient ouverts et un ange de Dieu me dit : – Lévi ! Entre. Et j'entrai du premier ciel dans le deuxième et entre l'un et l'autre, là, je vis l'eau suspendue. Et je vis un troisième ciel beaucoup plus lumineux que ces deux-là, car il y avait en lui une hauteur sans limite. Et je demandai à l'ange : – Pourquoi est-ce comme ça ? Et l'ange me dit : – Ne t'émerveille pas pour ceux-là, car tu verras quatre autres cieux plus lumineux qu'eux et sans comparaison quand tu seras soulevé de ce côté-ci, car tu te tiendras près du Seigneur et tu seras son ministre et révèleras ses secrets aux hommes et divulgueras à propos de celui qui rachètera Israël, et par toi et Juda, le Seigneur se manifestera parmi les hommes, sauvant en eux chaque race des hommes, et ta vie sera de la portion du Seigneur et il sera ton champs et vignoble, fruits, or, argent. Alors écoute ce qui concerne les sept cieux : Le plus bas est pour cette raison le plus sombre, parce qu'il est près de toutes les fautes des hommes ; le deuxième a feu, neige, glace, prêt pour le jour de décret du Seigneur dans le juste jugement de Dieu - en lui sont tous les esprits des rétributions pour la vengeance des méchants ; dans le troisième sont les multitudes de ses armées ordonnées pour le jour de jugement pour faire vengeance sur les esprits d'erreur et de Beliar ; et partir du quatrième les cieux au-dessus sont saints, car dans le plus haut de tous [sept] la grande gloire habite dans le saint des saints, loin au-dessus de toutes saintetés ; dans le ciel [six] près de lui sont les anges de la présence du Seigneur qui servent et font propitiation au Seigneur pour toute les ignorances des justes et ils offrent au Seigneur un parfum raisonnable d'une douce senteur et une offrande sans sang ; et dans le ciel [cinq] au-dessous de cela sont les anges qui portent les réponses auprès des anges de la présence du Seigneur ; et dans le ciel [4] près de là sont les trônes, les pouvoirs par lesquels des hymnes sont offerts à Dieu en permanence.
Alors chaque fois que le Seigneur regarde vers nous, tous nous sommes tremblants, oui, les cieux et la terre et les abysses sommes tremblants en présence de sa majesté, mais les fils des hommes ne regardent pas ces choses, pêchent et provoquent le Très-Haut.
Maintenant, sachez que le Seigneur exécutera son jugement sur les fils des hommes lorsque les rochers seront déchirés et le soleil éteint et les eaux desséchées et le feu frémissant et toute la création tourmentée et les esprits invisibles fondre et la tombe délabrée au calvaire du Très-Haut ; les hommes incroyants persisteront dans leur faute et pour cette raison seront-ils jugés avec sanction.
Alors le Très-Haut a entendu ta prière de te séparer de l'iniquité et cela afin que tu deviennes un fils pour lui et un serviteur et un ministre en sa présence. Tu seras une brillante lumière de connaissance dans Jacob et tu seras comme le soleil pour toute la semence d'Israël et une bénédiction te sera donnée à toi et à toute ta semence jusqu'à ce que le Seigneur visite tous les païens dans les grâces tendres de son fils même, pour toujours. Néanmoins tes fils poseront leurs mains sur lui pour le dénaturer, et c'est pour cette raison que le conseil et le discernement te seront accordés, pour que tu instruises tes fils à son sujet, car celui qui le bénit sera béni mais ceux qui le maudissent périront.
Et l'ange ouvrit pour moi les portes du ciel et je vis le temple sacré et le Très-Haut sur un trône de gloire qui me dit : – Lévi, je t'ai donné les bénédictions du sacerdoce jusqu'à ce que je vienne et séjourne au milieu d'Israël. Alors l'ange m'emmena vers la terre et me donna un bouclier et une épée et me dit : – Fais vengeance sur Shechem à cause de Dinah et je serais avec toi, car le Seigneur m'a envoyé. Et à ce moment je détruis les fils de Hamor comme il est inscrit aux tablettes du ciel. Et je lui dis : – Je te prie ô Seigneur, dis-moi ton nom que je t'appelle au jour des tribulations. Et il dit : – Je suis l'ange qui intercède pour la race d'Israël pour qu'il ne les frappe pas entièrement, car chaque esprit mauvais l'attaque. Et c'est qu'après ces choses, c'était comme si j'étais éveillé, je bénis le Très-Haut et l'ange qui intercédait pour la race d'Israël et pour tous les justes.
Et quand j'allai vers mon père, je trouvai un bouclier de laiton où est la montagne du nom d'Aspis, près de Gebal sur le côté droit d'Abila [Sud] et je gardais ces paroles dans mon cœur. Je pris conseil auprès de mon père et de Reuben mon frère pour proposer aux fils de Hamor de se faire circoncire, car j'étais jaloux à cause de l'abomination qu'ils avaient faite en Israël. Et je tuai Shechem en premier et Siméon tuai Hamor et après cela nos frères vinrent et frappèrent la ville au tranchant de l'épée, et notre père entendit cela et fut en colère, et il se lamenta en ce qu'ils avaient reçu la circoncision et la mort ensuite, et il dispensa ses bénédictions différemment avec nous, car nous avions péché en faisant cette chose contre sa volonté et il était dégoûté de ce jour. Mais je savais que la sentence de Dieu était mauvaise sur Shechem, car ils cherchaient à faire avec Dinah notre sœur ce qu'ils firent à Sarah et le Seigneur les en empêcha. C'est ainsi qu'ils persécutèrent Abraham notre père parce qu'il était étranger, ils ravagèrent ses troupeaux à lui quand ils se multipliaient et ils traitèrent honteusement Jeblae son serviteur né dans sa maison, et ils faisaient ainsi à tous étrangers, prenant leurs femmes de force, les hommes partant d'eux-mêmes en exil. Mais la colère de Dieu survint soudainement sur eux, jusqu'au dernier.
Et je dis à mon père : – Seigneur, ne sois pas en colère, car par toi le Seigneur réduira à rien les canaanites et te donnera leur terre à toi et à ta semence après toi, car à partir de ce jour Shechem sera appelée ville-de-ceux-qui-sont-sans-compréhension. Comme un homme se moque d'un fou, ainsi nous nous sommes moqués d'eux parce qu'ils ont fait la folie de souiller notre sœur en Israël. Et nous avons pris notre sœur et sommes partis pour aller à Béthel.
Et après avoir passé là sept jours, je vis de nouveau une chose comme la précédente, et je vis sept hommes d'un vêtement blanc qui me dirent : – Lève-toi, mets la robe du sacerdoce et la couronne de justice et le bustier de compréhension et le vêtement de vérité et le bandeau de foi et la tiare du miracle et l'éphod de prophétie. Et chacun d'eux portant chacun ces choses les mirent sur moi et dirent : – À partir de maintenant deviens un prêtre du Seigneur, toi et ta semence pour toujours. Et le premier me oint d'huile sainte et me donna le bâton du jugement ; le deuxième me lava d'eau pure et me nourrit de pain et de vin, les plus saintes choses, et m'attribua une sainte et glorieuse robe ; le troisième me vêtit d'un veste de lin comme d'un éphod ; le quatrième mit autour de moi une ceinture comme du violet ; le cinquième me donna une généreuse branche d'olive ; le sixième plaça une couronne sur ma tête ; le septième plaça sur ma tête un bandeau de prêtrise et remplit mes mains d'encens, que je serve ainsi de prêtre au Seigneur. Et ils me dirent : – Lévi, ta semence sera divisée en trois branches comme signe de la gloire du Seigneur qui est à venir : En premier sera celui de la foi et aucune portion sera plus grande que la sienne ; la deuxième sera dans la prêtrise ; la troisième, un nouveau nom sera invoqué sur lui, car il se lèvera comme roi en Juda et établira une nouvelle prêtrise pour tous les païens, selon le mode des païens, et son apparence sera indescriptible comme d'un prophète exalté, de la semence d'Abraham notre père. Toute chose désirable en Israël sera pour toi et pour ta semence, et tu mangeras de toute chose agréable à voir, et la table du Seigneur sera ta portion de la semence et certains d'entre eux seront haut-prêtres et juges et scribes, car par leur bouche le lieu saint sera gardé. Et quand je me réveillais, je savais que cette chose était comme la précédente et je cachais aussi cela dans mon cœur et ne le dis à aucun homme sur terre.
Et après deux jours, moi et Juda partîmes chez Isaac rejoindre notre père, et le père de mon père me bénit conformément à toutes les paroles des visions que j'avais vues, mais il ne voulait pas venir avec nous à Béthel. Et quand nous arrivâmes à Béthel, Jacob mon père eut une vision à mon sujet que je serais pour eux un prêtre pour le Seigneur et il se leva tôt le matin et paya les dîmes de tout au Seigneur à travers moi. Et nous allâmes à Hébron pour habiter là et Isaac m'appelait continuellement pour me mettre en mémoire la loi du Seigneur comme l'ange de Dieu me montra. Et il m'apprit la loi de la prêtrise, des sacrifices, toutes les offrandes par le feu, les premiers-fruits, les offrandes de bonne volonté, les offrandes de remerciement et il m'instruit chaque jour et s'occupait de moi devant le Seigneur, et il me dit : – Prends garde mon enfant à l'esprit de fornication, car cela va continuer et par cela ta semence polluera les choses saintes. Prends pour toi, alors que tu es jeune, une femme sans infirmité, pas encore souillée, pas de la race des philistins ou des païens. Et avant d'entrer dans le lieu sacré - baigne-toi, et quand tu offres le sacrifice - lave-toi, et encore quand tu finis le sacrifice - lave-toi. Des douze arbres ayant toujours du feuillage - offre les fruits au Seigneur comme Abraham m'a appris, et de toute bête pure et oiseau pur - offre un sacrifice au Seigneur, et de chaque prémice et de vin - offre les premiers-fruits, et tu saleras chaque sacrifice avec du sel.
Alors enfants, observez maintenant tout ce dont je vous instruis, car quelles que soient les choses que j'ai entendues de mes pères, je vous les ai fait connaître, je suis clair de toute votre infidélité et transgression que vous ferez à la fin des âges contre le sauveur du monde, agissant en infidèle, égarant Israël et soulevant à son encontre de grands malheurs du Seigneur. Et vous transigerez sans-loi avec Israël, jusqu'à ce que Jérusalem n'endure plus votre méchanceté, alors le voile du temple sera déchiré pour ne pas couvrir votre honte et vous serez dispersés comme des captifs parmi les barbares et serez en reproche et en malédiction et en écrasement sous les pieds. Car la maison que le Seigneur choisira sera appelée Jérusalem comme il est inscrit dans le livre d'Hénoch le juste.
Je pris une femme alors que j'étais âgé de vingt-huit ans et son nom était Melcha et elle conçut et porta un fils et elle appela son nom Gersham parce que nous étions résidants sur notre terre, car Gersham est interprété séjournant. Et je vis à son sujet qu'il ne serait pas dans le premier rang. Et Kohath naquit dans ma trente-cinquième année, vers l'Est, et je vis dans une vision qu'il se tenait en haut au milieu de toute la congrégation ; alors j'appelais son nom Kohath, qui signifie commencement de majesté et d'instruction. Et en troisième, elle me porta Merari dans la quarantième année de ma vie et puisqu'elle le portait avec difficulté, elle l'appela Merari qui signifie mon amertume, aussi parce qu'il mourut. Et Jochebed est né dans ma 64e année, en Égypte, car j'étais alors connu au milieu de mes frères.
Et Gersham prit une femme et elle lui porta Lomni et Semei ; et les fils de Kohath sont Ambram, Isaar, Chebro et Ozel ; et les fils de Merari sont Mooli et Homusi. Et dans ma quatre-vingt-quatorzième année, Ambram prit Jochebed ma fille pour femme, car ils sont nés le même jour lui et ma fille.
J'avais huit ans quand je suis entré dans la terre de Canaan, et dix-huit ans quand je tuais Shechem, et à dix-neuf ans je devins un prêtre, et à vingt-huit ans je pris une femme et à quarante ans j'entrais en Égypte. Et voici vous êtes mes enfants et même mes enfants de la troisième génération. Dans ma cent dix-huitième année Joseph mourut.
Et maintenant mes enfants, je vous commande de craindre notre Seigneur de tout votre cœur et de marcher en simplicité en conformité à toutes ses lois, et éduquez aussi vos enfants à l'enseignement pour qu'ils puissent avoir compréhension durant toute leur vie, lisant sans cesse la loi de Dieu, car quiconque connaîtra la loi de Dieu sera honorée et ne sera pas un étranger où qu'il aille. Oui il obtiendra plus d'amis que ses ancêtres et beaucoup d'hommes voudront le servir et entendre la loi de sa bouche. Mes enfants, faites justice sur la terre afin que vous obteniez trésor dans les cieux et semez de bonnes choses en vos âmes pour que vous les trouviez dans votre vie, car si vous semez de mauvaises choses, vous récolterez tout trouble et affliction. Obtenez sagesse avec précaution dans la crainte de Dieu, car pensez qu'il y aura une emmenée en captivité et des villes seront détruites, et toute possession périront et terres et or et argent. Mais la sagesse du sage, personne ne peut lui enlever. Sauvez l'aveuglement de la profanation et la paralysie du péché, car parmi ses ennemis même, ce sera pour lui glorieux et une maison dans un pays étranger, et il trouvera un ami au milieu d'ennemis. Si un homme enseigne ces choses et les faits, il sera mis sur un trône avec les rois, comme l'était Joseph notre frère.
Et maintenant mes enfants, j'ai appris dans les écrits d'Hénoch que vous vous comporterez en sacrilège à la fin, posant vos mains sur le Seigneur en toute malice et vos frères seront dans la honte à cause de vous et cela deviendra un affront pour tous les païens. Mais notre père Israël sera pur de l'infidélité des chef-prêtres qui poseront leurs mains sur le sauveur du monde. Pur est le ciel au-dessus de la terre et vous êtes les lumières du ciel comme le soleil et la lune. Que feront tous les païens si vous êtes dans les ténèbres de l'infidélité ? Ainsi vous apporterez une malédiction sur notre race pour laquelle vient la lumière du monde, qui a été donnée parmi vous pour éclairer chaque personne. Celui que vous désirez tuer enseigne des commandements contraires aux ordonnances de Dieu [???]. Vous déroberez les offrandes du Seigneur et vous volerez de sa portion et avant de sacrifier au Seigneur, vous prendrez les parts de choix, les mangeant avec les prostituées avec beaucoup de dédain. Au milieu des excès vous enseignerez les commandements du Seigneur, vous corromprez les femmes qui ont des maris et vous souillerez les vierges de Jérusalem et vous vous joindrez aux prostituées et aux adultères. Vous prendrez les filles des païens pour femmes en les purifiant d'une purification illicite et votre union sera en profanation, comme Sodome et Gomorrah. Et vous serez gonflés à cause du sacerdoce, vous exaltant au-dessus des hommes et non seulement cela mais étant aussi arrogants envers les commandements de Dieu ; vous ridiculiserez les choses sacrées, raillant de dédain.
Alors le temple que le Seigneur choisira sera désert par impureté et vous serez captifs parmi toutes les nations et vous serez une abomination parmi eux et vous recevrez blâme et honte éternelle par le juste jugement de Dieu et tous ceux qui vous verront s'enfuiront de vous. Et si ce n'était pas pour Abraham, Isaac et Jacob nos pères, aucun de ma semence ne serait laissé sur terre.
Et maintenant j'ai appris dans le livre d'Hénoch que pendant soixante-dix semaines vous détournerez et profanerez la prêtrise, et polluerez les sacrifices et corromprez la loi et réduirez à rien les paroles des prophètes. Par perversité, vous persécuterez des hommes droits et haïrez les fidèles ; vous détesterez les paroles de foi et vous traiterez d'imposteur l'homme qui rétablira la loi dans le pouvoir du Très-Haut, et en dernier, selon ce que vous supposez, vous le tuerez sans comprendre sa résurrection en répandant méchamment le sang innocent sur vos propres têtes. À cause de lui vos lieux sacrés seront déserts, pollués jusqu'à terre, et vous n'aurez aucun lieu pur qui soit mais vous serez une malédiction et une déroute parmi les païens jusqu'à ce qu'il porte encore un regard sur vous et par pitié vous prenne à lui par la foi et l'eau.
Et parce que vous avez entendu concernant les soixante-dix semaines, écoutez aussi concernant la prêtrise, car il y aura une prêtrise dans chaque jubilé : Au premier jubilé, le premier qui est consacré à la prêtrise sera grand et parlera à Dieu comme à un père et son sacerdoce sera rempli de la crainte du Seigneur et au jour de son bonheur il se lèvera pour le salut du monde. Au deuxième jubilé, celui qui est oint sera engendré dans le chagrin des bien aimés et son sacerdoce sera honoré et il sera glorifié par tous. Et le troisième prêtre sera vite saisi de chagrin, et le quatrième sera en douleur parce que l'injustice sera étendue sur lui démesurément et tout Israël haïra chacun son prochain. Et le cinquième sera rapidement tenu dans la noirceur ainsi que le sixième et le septième. Et au septième, il y aura tant d'impuretés que je suis incapable d'en parler devant le Seigneur et les hommes, car ils sauront par cela qui fait ces choses. Alors ils seront en captivité et deviendront des proies, et leur terre et leur substance seront détruites. Et dans la cinquième semaine ils retourneront dans leur pays déserté et renouvelleront la maison du Seigneur. Et dans la septième semaine viendront les prêtres, dévots d'idoles, querelleurs, amis de l'argent, orgueilleux, sans-lois, débauchés, abuseurs d'enfants et de bêtes.
Et après leur punition qui viendra du Seigneur, alors le Seigneur élèvera à la prêtrise un nouveau prêtre à qui toutes les paroles du Seigneur seront révélées et il exécutera un jugement de vérité sur la terre à la fin des jours et son étoile s'élèvera dans le ciel comme un roi, diffusant alentour la lumière de connaissance sous le soleil du jour, et il sera magnifié dans le monde jusqu'à son ascension. Il brillera comme le soleil de la terre et chassera toute obscurité sous le ciel de ce monde et il y aura la paix sur toute la terre. Les cieux se réjouiront en ses jours et la terre sera contente et les nuages seront joyeux et la connaissance du Seigneur sera déversée sur la terre comme l'eau des mers, et les anges de la sanctification et de la présence du Seigneur seront heureux en lui. Les cieux seront ouverts et du temple de gloire viendra sur lui la sanctification avec la voix du père, à partir d'Abraham le père d'Isaac. Et la gloire du Très-Haut sera proclamée sur lui et l'esprit de compréhension et de sanctification restera sur lui dans l'eau. Il donnera la souveraineté du Seigneur à ses fils en vérité à tout jamais et il n'y aura personne pour le succéder dans toutes les générations et pour toujours. Et dans sa prêtrise tout péché viendra à son terme et le sans-loi se reposera du mal, et le juste se reposera en lui. Et il ouvrira les portes du jardin et emportera l'épée menaçant Adam et il donnera à ses saints de l'arbre de vie à manger et l'esprit de sainteté sera sur eux. Et Beliar sera contraint par lui et il donnera à ses enfants le pouvoir de marcher sur les esprits mauvais. Et le Seigneur se réjouira dans ses enfants et le Seigneur sera très heureux de son bien aimé pour toujours. Alors Abraham et Isaac et Jacob seront joyeux et je serais content et tous les saints se mettront en joie.
Et maintenant mes enfants que vous avez tout entendu, alors choisissez pour vous soit l'obscurité ou la lumière, soit la loi du Seigneur ou les paroles de Beliar ! Et nous répondîmes à notre père en disant : – Nous marcherons devant le Seigneur en accord avec sa loi. Et notre père dit : – Le Seigneur est témoin et ses anges sont témoins et je suis témoin et vous êtes témoins concernant la parole de votre bouche. Et nous dîmes : – Nous sommes témoins. Et alors Lévi cessa de donner charge [???] à ses fils et il étendit ses jambes et fut réuni à ses pères après avoir vécu cent trente-sept ans. Et ils l'allongèrent dans un cercueil et plus tard ils l'enterrèrent à Hébron au côté d'Abraham, d'Isaac et de Jacob.

Du testament de Juda concernant la bravoure, l'amour de l'argent et la fornication
Transcription des paroles de Juda, des choses qu'il dit à ses fils avant de mourir. Ils vinrent ensemble à lui et se réunirent, et il leur dit : – Je suis le quatrième fils né de mon père et ma mère m'appela Juda en disant : – Je remercie le Seigneur parce qu'il m'a aussi donné un quatrième fils. Dans ma jeunesse j'étais rapide et énergique et obéissant à mon père en toute chose, j'honorais ma mère et la sœur de ma mère. Et lorsque je devins un homme, il arriva que mon père pria pour moi en disant : – Tu seras un roi et prospère en toutes choses.
Et le Seigneur se montra favorable à tous mes travaux, à la fois dans les champs et à la maison. Quand je vis que je pouvais courir après la biche, je l'attrapai alors et préparai la viande pour mon père. Je saisissais les chevreuils en poursuite et je surpassais tout ce qui était sur les plaines. Je dépassai une jument sauvage et je l'attrapai et la domptai, et j'ai tué un lion et extrais un petit hors de sa gueule. J'ai pris un ours par sa patte et l'envoyai rouler dans une falaise et si une bête se tournait contre moi, je la déchirais comme un chien. Je rencontrais le sanglier sauvage et le dépassais à la course, je l'éventrais. À Hébron un léopard sauta sur le chien et je l'attrapai par la queue et le projetai loin de moi et il s'écrasa en morceaux sur les côtes de Gaza. Je pris par les cornes un taureau sauvage qui se nourrissait dans le champ et le fis tourner et l'étourdissant je le projetai loin de moi et le tuai.
Et lorsque les deux rois des canaanites se mirent en guerre pour nos troupeaux, avec beaucoup de gens avec eux, je me suis moi-même précipité sur le roi et l'attrapai et je le frappai sur les jambes et le traînai au bas et je le tuai ainsi. Et l'autre roi Taphue, je le tuai assis sur son cheval et je dispersai ainsi tous les gens. Je tuai le roi Achor, un homme d'une stature géante qui lançait des flèches en avant et derrière assis à dos de cheval, lorsque je lançai une pierre pesant soixante livres en l'envoyant sur son cheval, et le tuai. Et je me suis battu avec Achor pendant deux heures et je le tuai et je fendis son bouclier en deux parties et je tranchai ses pieds. Et quand je déchirais sa cuirasse voici que huit hommes de ses compagnons commencèrent à combattre contre moi, alors j'enroulai mon vêtement autour de ma main et je décochai des pierres vers eux et tuai quatre d'entre eux et le reste s'enfuit. Jacob mon père tua Beelisa roi de tous les rois, de la force d'un géant de douze coudées de hauteur, et la peur tomba sur eux et ils cessèrent de nous faire la guerre. Depuis mon père ne faisait plus attention aux guerres quand j'étais parmi mes frères, car il avait vu dans une vision me concernant qu'un ange de puissance me suivait partout pour que je ne sois pas vaincu.
Et au Sud où il tomba sur nous une plus grande guerre que celle de Shechem, je me joins au rang de la bataille avec mes frères et ai poursuivi un millier d'hommes et tués deux cents hommes parmi eux et quatre rois, et je suis allé sur le mur contre eux et ai tué deux autres rois et ainsi nous libérâmes Hébron et reprîmes tous les captifs des rois.
Le jour suivant nous sommes allés à Areta, une ville forte et murée et inaccessible, menaçante à mort. Alors moi et Gad approchâmes par le côté Est de la ville et Reuben et Lévi par l'Ouest et Sud, et ceux qui se trouvaient sur le rempart, pensant que nous étions seuls, nous attaquèrent en bas alors que nos frères escaladaient secrètement le mur de chaque côté avec des échelles, et entraient dans la ville sans que les hommes le sachent, et nous les avons passés au tranchant de l'épée, et pour ceux qui avaient trouvé refuge dans la tour, nous avons mis le feu à la tour et attrapé le tout. Et comme nous partions, les hommes de Thaffu tombèrent sur nos captifs, mais nous, avec nos fils, les avons repris et nous nous sommes battus contre eux jusqu'à Thaffu même et nous les avons tués et avons brûlé leur ville et endommagé toutes choses qui s'y trouvaient.
Et quand je me trouvais aux eaux de Chuzeba, les hommes de Jobel vinrent se battre contre nous et nous avons combattu contre eux et leurs alliés de Selom, les tuant, sans leur donner aucun moyen de nous échapper, ni de revenir contre nous. Et les hommes de Machir descendirent contre nous le cinquième jour pour reprendre nos captifs, et nous les attaquâmes et les avons vaincus en fier combat alors qu'ils s'étaient rassemblés et forts d'eux-mêmes, mais nous les tuâmes avant qu'ils aillent monter la colline. Et quand nous arrivâmes à leur ville, leurs femmes firent rouler des pierres sur nous du pic de la colline sur laquelle la ville se tenait et Siméon et moi nous cachâmes derrière la ville et nous nous sommes emparés des hauteurs et avons complètement détruit la ville.
Le jour suivant, on nous rapporta que les villes de deux rois avec une grande assemblée venaient contre nous. Alors Dan et moi nous déguisâmes en Amorites et allâmes comme alliés dans leur ville, et nos frères vinrent dans la profondeur de la nuit et nous leur avons ouvert les portes et détruit tous les hommes et leur nécessaire et emportâmes en butin tout ce qui était à eux et nous avons fait tomber leurs trois murs et nous sommes partis vers Thamma qui était le refuge de tous les rois hostiles. Ayant été blessé, j'étais en colère et je chargeai contre eux au pic de la colline, et ils me jetèrent des pierres et des flèches, et s'il n'y avait eu mon frère Dan pour m'aider, ils auraient pu me tuer. Alors nous sommes montés contre eux en colère et ils s'enfuirent tous, mais passant par un autre chemin ils supplièrent mon père et il fit la paix avec eux. Alors nous ne les avons pas frappés mais avons fait une trêve avec eux et leur avons rendu tous les captifs. Et je construisis Thamna et mon père construisit Rhambael. J'avais vingt ans quand cette guerre arriva et les canaanites me craignirent moi et mes frères.
De plus j'avais un troupeau nombreux et j'avais Iran l'adullamite comme chef de mes bergers. Et alors que je vins vers lui, je vis Barsan, roi d'Adullam, et il nous fit un festin et il me conjura et me donna sa fille Bathshua pour femme. Elle me porta Er et Onan et Shelah, et le Seigneur frappa deux d'entre eux pour qu'ils meurent sans enfant, mais Shelah vécut et vous êtes ses enfants.
Nous avons vécu dix-huit ans en paix, nous et notre père avec son frère Esau et ses fils avec nous, après notre venue de chez Laban en Mésopotamie. Et quand dix-huit ans furent écoulés, dans la quarantième année de ma vie, Esau le frère de mon père vint contre nous avec un peuple nombreux et fort et il tomba sous l'arc de Jacob et fut emporté mort au mont Séir ; il aurait été tué même s'il était allé plus loin qu'Iramna. Et nous poursuivîmes les fils d'Esau mais ils avaient une ville avec des murs de fer et des portes de cuivre, nous ne pouvions pas y entrer. Alors nous avons campé autour et les avons mis en état de siège et quand vingt jours eurent passé sans qu'ils ouvrent la porte, je plaçai une échelle à la vue de tous et avec mon bouclier au-dessus de ma tête je grimpai, assailli de pierres du poids de trois talents, et je montai et en tuai quatre qui étaient puissants parmi eux. Le jour suivant Reuben et Gad entrèrent et en tuèrent soixante autres, alors ils demandèrent nos conditions de paix, et ayant conscience du principe de notre père, nous les acceptâmes comme soumis au tribut. Ils nous donnèrent deux cents omers de blé, cinq cents bats d'huile et cinq cents mesures de vin jusqu'à notre départ en Égypte.
Après ces choses, mon fils Er prit pour femme Tamar de Mésopotamie, une fille d'Aram. Mais Er était méchant et doutait au sujet de Tamar, car elle n'était pas de la terre de Canaan. Au troisième jour un ange du Seigneur le frappa dans la nuit conformément à la mauvaise sorcellerie de sa mère, mais il ne a connut pas, car il espérait ne pas avoir des enfants d'elle. Aux jours de fête de mariage je la mariai à Onan, et lui aussi par méchanceté ne la connut pas bien qu'il cohabita avec elle une année. Et quand je le menaçai, il coucha avec elle, […] conformément à la recommandation de sa mère, et il mourut aussi de sa méchanceté. Et j'espérais aussi lui donner Shelah mais ma femme Bathshua ne le supportait pas, car elle avait une hargne contre Tamar, car elle n'était pas des filles de Canaan comme elle-même l'était.
Et je sus que la race de Canaan était méchante mais les pensées de jeunesse aveuglaient mon cœur. Et quand je la vis répandre du vin, je fis erreur et tombai en ivresse [de vin] devant elle. Et quand je me suis absenté, elle alla prendre une femme de la terre de Canaan pour Shelah et quand je sus ce qu'elle avait fait, je la maudis dans l'angoisse de mon âme et elle mourut aussi de la méchanceté de ses fils. Après ces choses, Tamar était veuve, et après deux ans, elle entendit que j'allai tondre mes moutons alors elle s'habilla de manière nuptiale et s'assit contre la porte de la ville, car c'est une loi des Amorites que celle qui doit se marier s'assied à la porte durant sept jours pour la fornication. Alors que j'étais ivre aux eaux de Chozeb, je ne l'ai pas reconnue à cause du vin et sa beauté me séduisit ainsi que le style de son habillement. Je me tournai vers elle et dis que je voulais entrer en elle et elle me dit : – Que me donneras-tu ? Et je lui remis mon bâton, ma ceinture et mon bandeau royal et couchai avec elle et elle conçut. Moi alors, ne sachant pas ce qu'elle avait fait, je voulus la tuer mais elle envoya secrètement mes gages et me mit dans la honte. Et quand je l'appelai, j'entendis aussi les mots secrets que j'avais prononcés dans mon ivresse couché avec elle, et je ne pus pas la tuer, car cela venait du Seigneur. Je me dis cela par crainte qu'elle ait agi par ruse et reçu le gage d'une autre femme. Mais je ne vins jamais plus près d'elle jusqu'à ma mort parce que j'avais fait cette abomination dans tout Israël. De plus, ceux qui étaient dans la ville dirent qu'il n'y avait aucune fiancée dans la ville, parce qu'elle était venue d'un autre endroit, s'était assise un moment à la porte, et elle pensait que personne ne savait que j'avais été en elle.
Après cela nous sommes partis en Égypte vers Joseph à cause de la famine. J'étais âgé de quarante-six ans et j'ai vécu là soixante-treize ans.
Maintenant mes enfants, écoutez votre père dans toutes les choses que je vous commande et gardez toutes mes paroles pour exécuter les ordonnances du Seigneur et d'obéir à l'ordre de Dieu le Seigneur et n'allez pas selon vos convoitises, ni dans les pensées de vos imaginations et arrogance de votre cœur, et ne vous glorifiez pas des actions de force de votre jeunesse, car cela aussi est mauvais aux yeux du Seigneur. Car puisque je me glorifiais dans les guerres qu'aucun visage de femme de belle apparence ne m'avait jamais trompé, je fils des reproches à Reuben mon frère à propos de Bilhah la femme de mon père ; les esprits de la jalousie et de la fornication disposèrent de moi jusqu'à ce que je tombe devant Bathshua la cananéenne et Tamar qui était l'épouse de mes fils. Et je dis à mon beau-père que je consulterai mon père et prendrai ainsi sa fille, mais il me montra une réserve d'or sans limite pour le compte de sa fille, car il était roi. Et je la couvris d'or et de perles et l'incitai à répandre du vin pour nous à la fête de toute sa beauté féminine. Et le vin égara mes yeux et le plaisir aveugla mon cœur et je l'aimai et je tombai et transgressai l'ordre du Seigneur et l'ordre de mes pères et je la pris pour femme. Et le Seigneur me rétribua d'après la pensée de mon cœur au point que je n'avais aucune joie en ses enfants.
Et maintenant mes enfants, ne soyez pas ivres de vin, car le vin détourne la pensée de la vérité et y incite la convoitise de la passion et conduit les yeux à l'erreur. Car l'esprit de fornication a le vin pour ministre, pour donner les plaisirs de la pensée, car ces deux-là ôtent la force d'un homme. Si un homme boit du vin jusqu'à l'ivresse il dérange sa conscience par des pensées perverses de fornication et excite son corps à s'unir charnellement, et si l'occasion de désir se présente, il fait le péché et n'a pas honte. Tel est le vin mes enfants, car celui qui est ivre ne respecte aucun homme. Car voici, cela me conduit aussi à l'erreur, ainsi je n'eus pas honte de la multitude de la ville, car aux yeux de tous je me suis tourné vers Tamar et je fis un grand péché et je découvris la honte de mes fils. Après avoir bu du vin, je ne respectai pas l'ordre de Dieu et pris une femme de Canaan pour femme. Alors mes enfants, que celui qui boit du vin soit discret, et la discrétion de boire du vin est qu'un homme boive aussi longtemps qu'il reste convenable, mais s'il dépasse cette limite, l'esprit d'erreur attaque sa pensée et transforme sa volonté, et fait parler l'ivrogne de manière perverse et le fait transgresser et ne pas avoir honte, même au point de s'exalter dans son déshonneur, et de se targuer de bien faire. Juda n'avais pas réalisé que celui qui commet la fornication et met à découvert sa nudité devient le serviteur de la fornication et n'échappe pas à son pouvoir, comme moi aussi fut mis à découvert, car je donnai mon bâton qui est l'appui de ma tribu, et ma ceinture qui est mon pouvoir, et mon bandeau qui est la gloire de mon royaume. Alors je me repentis de ces choses et ne pris plus ni vin ni viande jusqu'à mon vieil âge, ni n'eus aucune joie. Et l'ange de Dieu me montra que toujours les femmes dominent sur roi et mendiant pareillement et enlèvent du roi sa gloire et de l'homme vaillant sa force, et même du mendiant le moindre appui qui reste dans sa pauvreté.
Alors mes enfants, soyez modérés avec le vin, car il y a en cela quatre mauvais esprits - convoitise, colère, débauche, profit pervers. Si vous buvez du vin dans la joie, avec retenue, avec la crainte de Dieu, vous vivrez. Mais si vous ne buvez pas avec retenue, alors la crainte de Dieu se retire de vous et l'ivresse vient et dispose sans pudeur. Mais même si vous ne buvez pas du tout, prenez garde de ne pas pécher par des paroles d'outrage, de querelle et de fausse accusation contre les commandements de Dieu ; ainsi péririez-vous avant votre temps. De plus le vin révèle les secrets de Dieu et des hommes aux étrangers - à qui Dieu interdit de leur révéler, comme je révélais les commandements de Dieu et les secrets de Jacob mon père à Bathshua la cananéenne. Le vin est aussi une cause de guerre et de confusion. Alors mes enfants, je vous charge de ne pas aimer l'argent, ni de fixer la beauté des femmes, parce qu'au nom de l'argent et de la beauté je m'égarais avec Bathshua la cananéenne. Car je sais qu'à cause de ces deux choses, vous qui êtes ma race tomberez dans la méchanceté, car même les hommes sages parmi mes fils se dévoierons et causeront au royaume de Juda d'être diminué, [royaume que] le Seigneur me donna à cause de mon obéissance à mon père. Car je n'ai jamais désobéi à une parole de mon père Jacob et je fis absolument tout ce qu'il commandait. Et Abraham le père de mon père me bénit pour que je devienne roi en Israël et Isaac en plus me bénit de la même manière, et je sais que par moi le royaume sera établi.
Parce que j'ai lu aussi dans les livres du juste Hénoch le mal que vous ferez dans les derniers jours, alors mes enfants, prenez garde à la fornication et à l'amour de l'argent, écoutez Juda votre père, car ces choses vous séparent de la loi de Dieu et aveuglent la compréhension de l'âme et enseignent l'arrogance et ne font pas sentir à l'homme d'avoir compassion envers son prochain ; elles volent à son âme toute bonté et le lient aux labeurs et malheurs et lui enlèvent son sommeil et dévorent sa chair et retiennent les sacrifices de Dieu, et il ne se souvient pas de la bénédiction, et il n'écoute pas quand un prophète parle, et s'offusque d'une parole de sainteté. Car celui qui sert deux passions contraires aux commandements de Dieu ne peut obéir à Dieu parce qu'elles auront aveuglé son âme et il marchera le jour comme dans la noirceur. Mes enfants, l'amour de l'argent conduit aux idoles, car alors égarés par l'argent, les hommes font mention de ceux qui ne sont pas dieux et cela les pousse à sombrer dans la folie. Au nom de l'argent je perdis mes enfants et sans la repentance de ma chair et l'humilité de mon âme et les prières de Jacob mon père, je serais mort sans enfant. Mais le Dieu de mes pères qui a pitié et clémence, me pardonna parce que je fis cela en ignorance, car le prince d'erreur m'aveuglait et j'étais ignorant comme un homme de chair est corrompu aux péchés et je compris ma propre faiblesse, alors que je me croyais invincible.
Apprenez mes enfants que deux esprits guettent l'homme […] Et les actions de vérité et les actions d'erreur sont écrites sur la poitrine des hommes et le Seigneur connaît chacune d'entre elles et à aucun moment les actions des hommes peuvent se cacher de lui, car cela a été écrit sur les os de sa poitrine devant le Seigneur. Et l'esprit de vérité témoigne et dénonce toutes choses et celui qui pèche est brûlé par son propre cœur et ne peut lever son visage devant le juge.
Maintenant mes enfants, aimez Lévi afin que vous puissiez rester et ne vous glorifiez pas contre lui pour ne pas être complètement détruits. Car à moi le Seigneur donna le royaume et à lui la prêtrise et il place le royaume sous la prêtrise. À moi il donna les choses sur la terre, à lui les choses dans les cieux. Comme le ciel est plus haut que la terre, telle est la prêtrise de Dieu, plus haute que le royaume sur la terre. Car le Seigneur le choisit au-dessus de vous pour s'approcher de lui et manger à sa table et des premiers-fruits, des choses de choix des fils d'Israël même. Et vous serez pour eux comme une mer, car comme sur la mer, juste et injuste sont ballotés, certains pris en captivité quand d'autres sont enrichis ; ainsi toute race des hommes sera en vous, certains en danger et pris en captivité et d'autres deviendront riches par des moyens de pillage. Car alors, ceux qui dirigent seront comme de grands monstres marins, avalant les hommes comme des poissons ; ils mettront en esclavage des fils et filles libres, ils pilleront maisons, terres, troupeaux et argent, avec la chair de beaucoup ils nourriront à tort les corbeaux et les grues et ils iront en faisant encore plus de mal, avançant toujours plus en convoitise. Et il y aura des faux prophètes tels des tempêtes et ils persécuteront tous les hommes justes.
Le Seigneur apportera sur eux des divisions l'un contre l'autre et il y aura des guerres continuelles en Israël. Et mon royaume sera amené à sa fin parmi les hommes d'une autre race, jusqu'à ce que vienne le salut d'Israël, jusqu'à l'apparition du Dieu de justice, afin que Jacob et tous les païens puissent se reposer en paix. Et il protègera la force de mon royaume pour toujours, car le Seigneur me jura par une alliance que le royaume ne sortira jamais de moi et de ma semence en tous les jours, même à jamais.
Maintenant mes enfants, j'ai beaucoup d'amertume à cause de votre immoralité en maléfices et idolâtries que vous ferez contre le royaume. En suivant ceux qui ont les esprits du spiritisme vous ferez de vos filles des chanteuses et des putes pour les divinations et démons d'erreur et vous serez mélangés aux souillures des païens ; à cause de ces choses le Seigneur apportera sur vous famine et épidémie, mort et épée, isolement de revanche et chiens pour mettre en pièces des ennemis, et reniement d'amis, anéantissement et affliction des yeux, enfants battus, épouses emportées, possessions pillées, temple de Dieu aux flammes, votre terre déserte, vous-mêmes asservis parmi les païens et ils feront eunuques certains d'entre vous pour leurs femmes. Et quand vous vous tournerez vers le Seigneur avec humilité de cœur, en vous repentant et en marchant dans tous les commandements de Dieu, alors le Seigneur vous visitera de pitié et d'amour, vous sortant hors de la servitude de vos ennemis.
Et après ces choses, une étoile se lèvera de Jacob vers vous dans la paix et un homme s'élèvera de ma semence comme le soleil de justice, marchant avec les fils des hommes en modestie et justice et aucun péché ne sera trouvé en lui. Et les cieux seront ouverts au-dessus de lui pour répandre la bénédiction de l'esprit venant du père saint, et il répandra un esprit de grâce sur vous et vous serez pour lui des fils de vérité et marcherez dans ses ordres, du premier au dernier. C'est la branche de Dieu Très-Haut et c'est la bonne fontaine de vie pour toute chair. Alors le sceptre de mon royaume brillera et de votre racine s'élèvera un rameau, et en lui s'élèvera un bâton de justice pour les païens, pour juger et sauver tous ceux qui appellent le Seigneur.
Et après ces choses, Abraham et Isaac et Jacob se lèveront pour la vie, et moi et mes frères seront des chefs ainsi que votre sceptre en Israël ; Lévi premier, moi le deuxième, Joseph troisième, Benjamin quatrième, Siméon cinquième, Issachar sixième et tous ainsi de suite.
Et le Seigneur bénit Lévi ; l'ange de la présence -moi ; les pouvoirs de gloire -Siméon ; le ciel -Reuben ; la terre -Issachar ; la mer -Zabulon ; les montagnes -Joseph ; le tabernacle -Benjamin ; les lumières du ciel -Dan ; la graisse de la terre -Nephtali ; le soleil -Gad ; l'olivier -Asher, et il n'y aura qu'un peuple du Seigneur et une langue et il n'y aura plus d'esprit d'erreur de Beliar, car il sera jeté dans le feu pour toujours.
Et ceux qui sont morts de chagrin se lèveront dans la joie, ceux qui auront vécu dans la pauvreté pour la cause du Seigneur seront rendus riches et ceux qui auront été dans le besoin seront comblés et ceux qui ont été faibles seront rendus forts et ceux qui auront été mis à mort pour la cause du Seigneur se réveilleront à la vie. Et les cerfs de Jacob courront de joie et les aigles d'Israël voleront de bonheur, mais les infidèles se lamenteront et les pécheurs pleureront tous et tous les peuples glorifieront le Seigneur pour toujours.
Alors mes enfants, observez toutes les lois du Seigneur, car il y a de l'espérance pour ceux qui suivent sa voie correctement. Et il leur dit : – Je meurs devant vos yeux ce jour à cent dix-neuf ans. Que personne ne m'enterre dans un coûteux vêtement, ni ne m'embaume, car c'est ce que font les rois, et portez-moi à Hébron avec vous. Et après avoir dit ces choses, Juda s'endormit et ses fils firent tout ce qu'il leur avait commandé et ils l'enterrèrent à Hébron avec ses pères.

Du témoignage d'Issachar concernant la simplicité
Transcription des paroles d'Issachar. Il appela ses fils et leur dit : – Mes enfants, écoutez Issachar votre père, prêtez oreille à mes paroles vous qui êtes bien aimés du Seigneur. Je suis le cinquième fils né de Jacob par le louage des mandragores, car Reuben apporta des mandragores du champ et Rachel le rencontra et les prit. Et Reuben pleura et ma mère Léa accourut à sa voix. Ces mandragores étaient des pommes de douce saveur que la terre d'Aram produisait en hauteur en deçà d'un précipice d'eau. Et Rachel dit : – Je ne te les rendrai pas parce qu'ils doivent être à moi à la place des enfants. Mais il y avait deux pommes, et Léa dit : – Ça ne te suffit pas d'avoir pris le mari de ma virginité que tu prennes aussi cela ? Et elle dit : – Voici, laissons Jacob être avec toi ce soir à la place des mandragores de ton fils. Et Léa lui dit : – Ne te vante pas et ne prétends pas en toi-même, car Jacob est mien et je suis la femme de sa jeunesse. Mais Rachel dit : – Comment cela ? Car il est pour moi le premier époux et pour ma cause il servit notre père quatorze années. Qu'est-ce que je peux faire pour toi si la ruse et l'habileté des hommes augmentent et que la ruse prospère sur la terre ! Et si cela n'était pas ainsi, tu ne verrais pas le visage de Jacob aujourd'hui, car tu n'es pas sa femme mais tu fus conduite à lui à ma place par la ruse, et mon père me trompa et m'enleva dans la nuit et ne me laissa pas le voir. Car aurais-je été là, cela ne serait pas arrivé. Et Rachel dit : – Prends une mandragore et pour l'autre tu le loueras de moi pour une nuit. Et Jacob connut Léa et elle conçut et me porta et je fus appelé Issachar à cause de l'opération de louage.
Alors un ange du Seigneur apparut à Jacob disant : – Rachel portera deux enfants, car elle a refusé la compagnie de son mari et a choisi l'abstinence. Et si ma mère Léa n'avait pas cédé les deux pommes pour la cause de sa compagnie, elle aurait enfanté [8] fils, et pour cette raison elle en porta six et Rachel deux, car le Seigneur la visita au compte des mandragores, car il savait qu'elle désirait la compagnie de Jacob pour la cause des enfants et non par convoitise du plaisir. Mais elle alla plus loin, et le lendemain elle donna Jacob pour avoir l'autre mandragore aussi. Alors le Seigneur entendit Rachel à cause des mandragores, car autant elle les désirait, autant elle ne les mangea pas, mais les apporta au prêtre du Très-Haut qui était en ce temps et les offrit à la maison du Seigneur.
Alors depuis, mes enfants, je grandis et marchai en droiture de cœur et je devins un compagnon pour mes parents et mes frères et j'apportais des fruits des champs selon leur saison et mon père me bénit, car il vit que je marchais dans la simplicité, et je n'étais pas un disputeur dans mes actions, ni malicieux ou insultant envers mon entourage. Je n'ai jamais parlé contre quelqu'un, ni critiqué la vie d'un homme, mais j ‘ai marché dans la simplicité de mes yeux. Alors quand j'étais âgé de trente ans, je pris pour moi une femme, car le labeur prenait ma force et je n'avais jamais pensé au plaisir avec une femme, mais par mon labeur mon sommeil me suffisait et mon père se réjouissait toujours de ma simplicité. De tout ce que je produisais je l'offrais en premier au Seigneur aux mains des prêtres, tout mon produit et mes premiers-fruits, ensuite à mon père, et prenais alors pour moi. Et le Seigneur doubla ses bénéfices dans mes mains et Jacob savait aussi que Dieu aidait ma simplicité, car à chaque homme pauvre et à toute personne en détresse j'accordais les bonnes choses de la terre en toute simplicité de cœur.
Et maintenant écoutez-moi mes enfants et marchez dans la simplicité de cœur car j'ai vu en cela tout ce qui est plaisant au Seigneur. Le simple ne convoite pas l'or, ne fraude pas son prochain, ne languit pas après plusieurs friandises, ne prends pas plaisir à des vêtements variés, ne se voit pas vivre une vie longue mais attend seulement la volonté de Dieu, et les esprits d'erreur n'ont pas de pouvoir sur lui, car il ne peut permettre en son esprit la pensée d'une beauté féminine qui polluerait sa pensée de corruption. Aucune envie ne peut entrer dans ses pensées, ni jalousie se mélanger à son âme, il ne couve pas son gain d'insatiable envie, car il marche dans la droiture de la vie et détient toutes choses en simplicité, n'admettant pas à ses yeux la malice erronée du monde afin de n'y voir aucune perversion dans les commandements du Seigneur.
Alors mes enfants, gardez la loi de Dieu et soyez en simplicité et marchez sans astuce, n'enquérant pas par trop de curiosité dans les commandements de Dieu et les affaires de votre prochain, mais aimez le Seigneur et votre prochain, ayez compassion pour le pauvre et faible. Courbez votre dos à l'agriculture et travaillez au sillage du sol en toute manière d'agriculture, offrant des présents au Seigneur avec remerciement, car le Seigneur me bénit avec les premiers-fruits de la terre comme il bénit tous les saints, d'Abel jusqu'à maintenant. Car aucune autre portion ne vous est donnée que la graisse de la terre dont les fruits sont produits du labeur, car votre père Jacob me bénit avec des bénédictions de la terre et des premiers-fruits, et Lévi et Juda furent glorifiés par le Seigneur parmi les fils de Jacob, car le Seigneur les choisit, et à l'un il donna la prêtrise et l'autre le royaume. Depuis ils obéissent et marchent dans la simplicité de votre père, car à Gad a été donné de détruire les tentations qui viendront sur Israël.
Mes enfants, je sais que dans les derniers temps vos fils abandonneront la simplicité et s'adonneront à l'avarice, et laissant l'astuce pencher dans la malveillance, et détournant les ordres du Seigneur pour pencher vers Beliar, et délaissant l'agriculture pour suivre leurs mauvais desseins ; ils seront dispersés parmi les païens et serviront leurs ennemis. Et vous alors, commandez ces choses à vos enfants pour que, s'ils pèchent, ils puissent le plus rapidement possible retourner au Seigneur, car il a pitié et les délivrera jusqu'à les ramener dans leur terre même.
Je suis âgé de cent vingt-deux ans et je n'ai commis aucun péché mortel. Excepté ma femme, je n'ai connu aucune autre femme. Je n'ai jamais commis de fornication en élevant mes yeux, je n'ai pas bu de vin au point d'être égaré, je n'ai pas convoité aucune chose désirable appartenant à mon prochain, jamais tromperie n'entra dans mon cœur, jamais mensonge ne franchit mes lèvres, si un homme s'affligeais je pleurais avec lui et je partageais mon pain avec le pauvre. Jamais je ne mangeais seul, ni ne déplaçais aucune borne, tous mes jours j'agissais avec foi et vérité. J'aimais le Seigneur de toute ma force ainsi que j'aimais chaque homme comme mes propres enfants. Mes enfants, vous aussi faites ces choses et tout esprit de Beliar fuira de vous et aucune malice d'homme ne dominera sur vous, et vous assujettirez toute bête sauvage, ayant le Dieu du ciel pour vous, marchant avec les hommes en simplicité de cœur.
Et il leur commanda de le porter à Hébron et de l'enterrer là dans la grotte avec ses pères. Et il étendit les jambes et mourut, le cinquième fils de Jacob, à un âge avancé, dont chaque membre était intact et avait même vigueur et même force, il s'endormit du sommeil éternel.

Du témoignage de Zabulon concernant la compassion et la pitié
Transcription [des paroles] de Zabulon par lesquelles il exhorta ses enfants, à l'âge de cent quatorze ans de sa vie, trente-deux ans après la mort de Joseph, et il leur dit : – Écoutez-moi fils de Zabulon, entendez les paroles de votre père. Je suis Zabulon, un bon don à mes parents, car lorsque je suis né, notre père avait accru très considérablement à la fois en troupeaux et en bergers quand il eut sa part avec les tiges triées. Mes enfants, je ne crois pas avoir péché dans tous mes jours sauf en pensée seulement. Ni ne me souviens d'avoir fait aucune iniquité excepté le péché d'ignorance que j'ai commis envers Joseph, car je cachais mes frères en ne disant pas à mon père ce qui avait été fait. Et je pleurais amèrement en secret, car je craignais mes frères parce qu'ils s'étaient tous mis d'accord que si quelqu'un déclarait le secret il serait frappé par l'épée. Mais quand ils voulurent le tuer, en larmes je les conjurais de ne pas se rendre coupables de cette iniquité.
Car Siméon et Gad vinrent contre Joseph pour le tuer et Joseph tomba sur sa face et leur dit : – Ayez pitié mes frères, ayez compassion des entrailles de Jacob votre père, ne posez pas vos mains sur moi pour faire couler le sang innocent, car je n'ai pas péché contre vous. Oui si j'ai péché, punissez-moi de châtiment, mais ne portez pas la main sur moi pour la cause de Jacob votre père. Et lorsqu'il dit ces mots, j'eus pitié de lui et commençai à gémir et mon cœur fondit au dedans de moi et toute consistance de mes entrailles se détachait de mon âme. Et Joseph pleura aussi et moi aussi je pleurai avec lui et mon cœur palpitait vite et les articulations de mon corps tremblaient et je n'étais pas capable de me tenir debout. Et quand il me vit gémir avec lui et eux venant contre lui pour le frapper, il se mit derrière moi pour les supplier, et Reuben se leva et dit : – Mes frères, ne le tuons pas mais jetons-le dans un de ces puits secs que nos pères ont creusés et trouvés sans eau. Car le Seigneur empêcha que l'eau les comble pour cette raison, afin que Joseph soit préservé, et le Seigneur disposa cela jusqu'à ce qu'ils le vendent aux Ismaélites.
Mes enfants, je n'eus aucun partage dans le prix de Joseph mais Siméon et Gad et six autres de nos frères prirent le prix de Joseph et s'achetèrent des sandales pour eux, leurs femmes et leurs enfants en disant : – Nous ne mangerons pas de ça, car c'est le prix du sang de notre frère mais le foulerons sous nos pieds, car il a dit qu'il était roi sur nous et alors voyons ce que ses rêves signifiaient. C'est pourquoi il est écrit dans l'écrit de la loi d'Hénoch que quiconque n'élèverait pas une semence pour son frère, on lui ôtera sa sandale et ils lui cracheront au visage. Et les frères de Joseph ne voulaient pas que leur frère vive et le Seigneur ôta d'eux la sandale de Joseph. Car lorsqu'ils vinrent en Égypte, ils furent relâchés par les serviteurs de Joseph devant la porte et devinrent ainsi obéissants à Joseph à la manière de pharaon. Et non seulement ils lui étaient obéissants, mais on leur cracha dessus aussi, tombant devant lui sans hésitation et ainsi ils furent mis dans la honte devant les Égyptiens, car après cela les Égyptiens entendirent tout le mal qu'ils avaient fait à Joseph.
Après ces choses ils apportèrent à manger, mais je ne goutai à rien pendant deux jours et deux nuits par pitié pour Joseph et Juda ne mangea pas avec eux mais surveillait le puits, car il craignait que Siméon et Gad ne se retournent contre lui et le tuent. Et quand ils virent que je ne mangeais pas non plus, ils me placèrent pour le surveiller jusqu'à ce qu'il soit vendu, et il resta dans le puits trois jours et trois nuits et fut vendu affamé. Et alors que Reuben était au loin, quand il entendit ça, que Joseph avait été vendu, il déchira ses vêtements en gémissant pour lui et dit : – Comment regarderai-je le visage de mon père Jacob ? Et il prit l'argent et courut après les marchands et ne trouva personne, car ils avaient quitté la route principale et voyagé en hâte par des chemins détournés. Et Reuben ne mangea pas de nourriture ce jour-là. Dan aussi vint vers lui et dit : – Ne pleure pas, ni te lamente, car j'ai trouvé ce que nous pouvons dire à notre père Jacob. Tuons un petit des chèvres et trempons-y le manteau de Joseph et nous dirons, Regarde si ce manteau est celui de ton fils. Car ils avaient pris à Joseph le manteau de notre père avant de le vendre et mirent sur lui un vieux vêtement d'esclave. Mais Siméon avait le manteau et ne le donnait pas mais voulait le déchirer avec son épée, car il était en colère que Joseph vive et qu'il ne l'ait pas frappé. Alors nous nous soulevâmes ensemble contre lui en disant : – Si tu ne le rends pas, nous dirons que toi seul as fait cette méchanceté en Israël. Alors il le rendit et ils firent comme Dan avait dit.
Et maintenant mes enfants, je vous ordonne de garder les commandements du Seigneur et de montrer de la pitié envers votre prochain et d'avoir compassion envers tous, non seulement envers les hommes mais aussi envers les bêtes. En raison de cette chose, le Seigneur me bénit et lorsque tous mes frères étaient malades, j'échappais à la maladie, car le Seigneur connait les desseins de chacun.
Mes enfants, ayez donc compassion dans vos cœurs, car comme un homme agit envers son prochain ainsi le Seigneur agira envers lui. Car les fils de mes frères étaient souffrants, mourant pour le compte de Joseph, car ils ne montrèrent pas de pitié dans leurs cœurs, mais mes fils furent préservés de la maladie comme vous savez. Et lorsque j'étais à Canaan sur la côte, j'attrapai une multitude de poissons pour Jacob mon père, et alors que beaucoup étaient bloqués en mer, je restai sain et sauf.
Je fus le premier qui fis un bateau pour voguer sur la mer, car le Seigneur me donna l'entendement et la sagesse à cet égard et je laissais choir un gouvernail de direction en arrière et j'étirais une voile sur un mât droit au milieu, et voguait ainsi le long des côtes. J'attrapais du poisson pour la maison de mon père jusqu'à ce que nous partions en Égypte et par compassion je donnais de mon poisson à tout étranger. Et si un homme était étranger ou malade ou âgé, je faisais bouillir le poisson et les préparais bien et les offrais ensemble à tous les hommes selon ce que chacun avait besoin, leur apportant et ayant compassion d'eux.
Alors le Seigneur me permit ainsi de prendre beaucoup de poissons, car celui qui répartit parmi son voisinage, reçoit plusieurs fois plus du Seigneur. Pendant cinq ans j'attrapai du poisson et donnai ainsi à tout homme que je voyais et apportais suffisamment pour toute la maison de mon père. En été j'attrapais du poisson et en hiver je gardais le troupeau avec mes frères.
Maintenant je vais vous déclarer comment j'agissais quand je voyais un homme dans la détresse, nu en hiver, et j'avais compassion de lui et volais secrètement un vêtement de ma maison et le donnais à celui qui était en détresse.
Vous aussi mes enfants, faites avec ce que Dieu vous a imparti, montrez compassion et pitié impartialement à tous les hommes et donnez à chaque homme avec un bon cœur. Et si vous n'avez pas sur le moment de quoi donner à celui qui demande, ayez compassion pour lui avec pitié de vos entrailles. Je sais que ce que ma main ne trouvait pas à donner à celui qui demande, je marchais avec lui plus de sept furlongs en pleurant et mes entrailles retournées de compassion envers lui.
Mes enfants, ayez donc vous-mêmes aussi compassion et pitié envers tout homme pour que le Seigneur puisse avoir compassion de vous et pitié de vous aussi, car ainsi dans les derniers jours Dieu enverra sa compassion sur la terre et chez quiconque il trouvera des entrailles de pitié, il cohabitera avec lui. Car autant un homme aura de compassion envers ses prochains, autant le Seigneur en aura aussi envers lui. Car quand nous sommes descendus en Égypte, Joseph ne fit preuve d'aucune malice contre nous, et quand il me vit il fut plein de compassion. Et vous tournant vers lui, vous aussi mes enfants, approchez-vous sans malice et aimez-vous l'un l'autre et ne calculez pas pour chacun le mal de son frère, car cela brise l'unité et divise toute bienveillance et trouble l'âme, car celui qui porte la malice n'a pas les entrailles de pitié.
Remarquez les eaux comme elles s'écoulent ensemble et tanguent le long des pierres, arbres, sable, mais si elles sont divisées en plusieurs courants, la terre les aspire et elles ne procurent aucun avantage. Ainsi serez-vous si vous êtes divisés. Ne vous divisez pas en deux têtes, car tout ce que le Seigneur a fait n'a qu'une seule tête ; il donna deux épaules, mains, pieds, mais tous les membres sont sujets à la tête seule. J'ai appris dans les écrits de mes pères que dans les derniers jours vous vous éloignerez du Seigneur et serez divisés en Israël ; et vous suivrez deux rois et ferez chaque abomination et vous vénérerez chaque idole ; et vos ennemis vous enmèneront en captivité et vous habiterez parmi toutes les nations dans les infirmités, afflictions et angoisse d'âme. Et après ces choses vous vous souviendrez du Seigneur et vous repentirez et il vous ramènera, car il est plein de pitié et de compassion, n'imputant pas le mal des fils des hommes, car ils sont chair, et les esprits d'erreur les égarent dans toutes leurs actions. Et après ces choses le Seigneur lui-même se lèvera pour vous ; la lumière de droiture et guérison et compassion sera sur ses ailes. Il rachètera de Beliar tout captif des fils des hommes et tout esprit d'erreur sera foulé aux pieds, et il ramènera toutes les nations en zèle pour lui et vous verrez Dieu dans la forme d'un homme que le Seigneur choisira - Jérusalem est son nom. Et avec la méchanceté de vos paroles vous provoquerez encore sa colère et vous serez rejetés jusqu'au temps même de consommation.
Et maintenant mes enfants, ne vous affligez pas de me voir mourir, ni ne soyez troublés que je vous quitte, car je me lèverai une fois de plus au milieu de vous comme un gouverneur au milieu de ses fils et me réjouirai au milieu de ma tribu aussi nombreuse que ceux qui ont gardé la loi du Seigneur et les ordres de Zabulon leur père. Mais le Seigneur apportera sur les infidèles le feu éternel et les détruira dans toutes les générations.
Mon repos m'emporte au loin comme pour mes pères, mais craignez le Seigneur votre Dieu de toute votre force tous les jours de votre vie. Et quand il eut dit ces choses il tomba calmement endormi et ses fils l'allongèrent dans un cercueil et ils le portèrent ensuite à Hébron et l'enterrèrent avec ses pères.

Du testament de Dan concernant la colère et le mensonge

Transcription des paroles de Dan qu'il dit à ses fils dans ses derniers jours. Dans la cent vingt-cinquième année de sa vie, il convoqua sa famille ensemble et dit : – Écoutez mes paroles, vous fils de Dan, prêtez attention aux paroles de la bouche de votre père. J'ai fait preuve en mon cœur et ma vie entière que d'utiliser justement la vérité est bon et plaisant à Dieu, et que le mensonge et la colère font le mal parce qu'ils enseignent à l'homme la cruauté.
Mes enfants, je vous confesse ce jour que dans mon cœur je me réjouissais de la mort de Joseph, un homme vrai et bon, et je me réjouissais de la vente de Joseph parce que son père l'aimait plus que nous, car les esprits de jalousie et d'orgueil me disaient : – Tu es aussi son fils. Et un des esprits de Beliar me corrompit en disant : – Prends son épée et avec elle frappe Joseph, ainsi ton père t'aimera s'il est tué !
C'est l'esprit de la colère qui me conseillait, le même par lequel un léopard dévore un petit, ainsi devais-je dévorer Joseph. Mais le Dieu de Jacob notre père ne le livra pas entre mes mains, que je ne le trouve pas seul, ni me faire subir cette iniquité que deux tribus soient détruites en Israël.
Maintenant mes enfants, je suis mourant et vais vous dire une vérité et qu'à moins de vous garder des esprits du mensonge et de la colère, d'aimer la vérité et l'endurance, mes enfants, vous périrez.
Mes enfants, il y a de l'aveuglement dans la colère et aucun homme coléreux ne regarde quelqu'un en vérité ; même si c'est un père ou une mère, il agit avec eux comme envers des ennemis ; même si c'est un frère, il ne le reconnaît pas ; même si c'est un prophète du Seigneur, il lui désobéit ; même si c'est un homme juste, il ne le regarde pas ; un ami, il ne le connait pas. Car l'esprit de la colère l'entoure des filets de l'erreur et aveugle ses yeux, et mentir obscurcit sa pensée et lui donne une vision de sa propre fabrication. Et avec quoi couvre-t-il ses yeux ? D'un cœur haineux qui donne un cœur à la mesure de l'envie qu'il éprouve contre son frère.
Mes enfants, la colère est mauvaise, car elle devient en soi comme une âme dans son âme, et le corps d'un homme en colère, elle le fait sien et obtient la maîtrise de son âme, et mets le corps sous son pouvoir afin qu'elle puisse faire toute iniquité, et chaque fois que l'âme agit mal, elle justifie ce qui a été fait, car elle ne voit pas. Par conséquent, celui qui est en colère, s'il est un homme fort, a une force triple par sa colère ; une par la force et l'aide de ses serviteurs, une deuxième par sa colère par laquelle il persuade et triomphe dans l'injustice et une troisième par la nature de son propre corps et de sa propre volonté de mal faire. Et même si l'homme en colère est faible, il aura une force au double de sa nature. […] car la colère appuie toujours une telle malveillance. […] Cet esprit va toujours avec le mensonge dans la main droite de Satan […] pour que ses actions puissent se réaliser avec cruauté et mensonge.
Comprenez maintenant que la puissance de la colère est illusoire. Car en premier les mots le blessent et puis il passe aux actes, ce qui renforce sa colère, et ainsi dans son esprit se planifient d'amères représailles qui se mêlent à son âme de grande colère. Par conséquent, si quelqu'un parle contre vous, ne vous laissez pas aller à la colère, et si quelqu'un vous traite bien, ne soyez pas élevé ou exalté ni par sensation ou démonstration de plaisir. Car en premier c'est plaisant à entendre et cela réduit l'entendement pour comprendre les dérivés de la colère et alors fâché, il pense que sa colère est juste.
Mes enfants, si vous éprouvez quelque ruine ou perte, ne vous troublez pas, car cet esprit précisément induit les hommes à regretter ce qui a périt de manière qu'ils soient enflammés de désir […] Si vous peinez d'une perte volontaire, ne vous en vexez pas, car la vexation pousse à mentir de colère, et mentir de colère est une malveillance double qui se dispute l'une avec l'autre afin de pouvoir déranger la raison, et quand l'âme est continuellement dérangée […], le Seigneur se sépare d'elle et Beliar domine sur elle.
Alors mes enfants, observez les commandements du Seigneur et gardez sa loi, séparez-vous de la colère et haïssez le mensonge afin que le Seigneur habite parmi vous et Beliar s'enfuie de vous. Parlez l'un avec son prochain en vérité pour ne pas tomber dans l'envie et la confusion, mais ayant le Dieu de paix vous serez en paix et ainsi aucune guerre ne prévaudra contre vous. Aimez le Seigneur tout au long de votre vie, réunissez-vous l'un l'autre d'un cœur vrai. […] car je sais que dans les derniers jours vous délaisserez le Seigneur et provoquerez Lévi de colère […] et vous vous battrez contre Juda, mais vous ne prévaudrez pas contre eux […], car un ange du Seigneur les guidera ensemble, car par eux Israël se maintiendra. Et chaque fois que vous délaisserez le Seigneur, vous marcherez en tout mal, faisant les abominations des païens, vous égarant avec les femmes qui sont infidèles et les esprits d'erreur vous disposeront à toute malice.
Car j'ai lu dans le livre de Hénoch le juste que votre prince est Satan […], que tous les esprits de fornication et d'orgueil seront soumis à Lévi […] pour mettre un piège devant les fils de Lévi, pour les amener à pécher devant le Seigneur. […] Et mes fils s'approcheront de Lévi et pécheront avec eux en toutes choses […] et les fils de Juda seront avide de convoitise, se saisissant des biens d'autrui comme des lions.
Pour cette raison vous serez emportés avec eux en captivité et là vous recevrez toutes les plaies d'Égypte et toute la malice des païens, et quand alors vous retournerez vers le Seigneur, vous obtiendrez miséricorde et il vous amènera dans son sanctuaire en appelant la paix sur vous et le salut du Seigneur se lèvera pour vous de la tribu de Juda et de Lévi, et il fera la guerre contre Beliar et il donnera la vengeance de la victoire à nos côtés. Et il reprendra les captifs de Beliar jusqu'aux âmes des saints, et il changera les cœurs désobéissants à la cause du Seigneur, et donnera la paix éternelle à ceux qui font appel à lui, et les saints reposeront en Eden et les justes se réjouiront dans la nouvelle Jérusalem qui sera pour la gloire de Dieu pour toujours et à jamais. Et plus jamais Jérusalem n'endurera la désolation, ni Israël conduit en captivité, car le Seigneur sera au milieu d'elle, habitant parmi les hommes même. […] Le saint être d'Israël règnera sur eux en humilité et indigence […] et celui qui croira en lui, règnera en vérité dans les cieux.
Et maintenant mes enfants, craignez le Seigneur et prenez garde en vous-mêmes contre Satan et ses esprits et approchez-vous de Dieu et de l'ange qui intercède pour vous, car il est un médiateur entre Dieu et les hommes pour la paix d'Israël, il se tiendra contre le royaume de l'ennemi ; pour cette raison, la rage de l'ennemi est de détruire tous ceux qui en appellent au Seigneur, car il sait que le jour o^ù Israël croira, le royaume de l'ennemi tirera à sa fin. Et le seul ange de paix affermira Israël afin qu'il ne tombe pas au mal à l'extrême. Et cela sera au temps de l'iniquité d'Israël que le Seigneur s'éloignera d'eux et ira vers celui qui fera sa volonté, car pour aucun de ses anges il n'en sera comme de lui. Et son nom sera Sauveur, dans tout endroit d'Israël et parmi les païens.
Alors mes enfants, gardez-vous de toute mauvaise action et chassez la colère et tout mensonge, aimez la vérité et la persistance et les choses que vous avez entendues de votre père. Transmettez-les aussi à vos enfants afin que le père des païens vous agrée, car il est véritable et endurant, humble et modeste et enseigne par ses actions la loi de Dieu. Alors éloignez-vous de toute injustice et penchez dans la justice de la loi de Dieu et enterrez-moi près de mes pères.
Et quand il eut dit ces choses, il les embrassa et dormit du long sommeil. Et ses fils l'enterrèrent et après cela ils portèrent ses os à côté d'Abraham et Isaac et Jacob. Tout comme Dan leur prophétisa qu'ils allaient oublier la loi de leur Dieu et seront écartés de la terre de leur héritage et de la race d'Israël et de leurs semblables aussi, cela arriva ainsi.

Du testament de Nephtali concernant la bonté naturelle
La transcription du testament de Nephtali, des choses qu'il ordonna au moment de sa mort à la cent trente-deuxième année de sa vie. Quand ses fils se furent rassemblés au septième mois, le quatrième jour du mois, étant encore en bonne santé et bien disposé il leur fit un festin, et après son réveil, au matin, il leur dit : – Je vais mourir. Mais ils ne le croyaient pas. Et il bénit le Seigneur et affirma qu'après de la fête de la veille il devait mourir. Il commença alors à dire à ses fils : – Écoutez mes enfants, vous fils de Nephtali, écoutez les paroles de votre père. Je suis né de Bilhah et parce que Rachel agissait avec ruse et donna Bilhah à sa place à Jacob et elle m'accoucha sur le genou de Rachel ; ce pourquoi j'ai été appelé Nephtali. Et Rachel m'aimait parce que j'étais né sur son genou et lorsque j'étais encore jeune et tendre, elle avait l'habitude de m'embrasser et dire : – Que ne pourrais-je avoir un frère pour toi, qui te ressemble, de mon propre ventre ? De là que Joseph était comme moi en toutes choses conformément aux prières de Rachel. Mais ma mère était Bilhah, fille de Rotheus, le frère de Deborah, la nourrice de Rebecca et elle était née en un seul et même jour que Rachel et Rotheus était de la famille d'Abraham, un chaldéen craignant Dieu, né libre et noble et il avait été pris captif et fut acheté par Laban qui lui a donné Aena sa servante pour femme et elle porta une fille et l'appela Zilpah d'après le nom du village dans lequel il a été pris captif, et ensuite elle porta Bilhah en disant : – Ma fille est avide pour ce qui est nouveau, car aussitôt après sa naissance, elle était avide pour le sein. Et jusqu'à maintenant j'étais agile sur mes pieds comme un cerf, mon père Jacob me choisissait pour les courses et messages et comme un cerf il me donna sa bénédiction.
Car comme le potier connaît le vase, ce qu'il contient et son poids en argile, ainsi en est-il du Seigneur qui fait le corps en accord avec l'esprit et selon la capacité du corps il implante l'esprit, et l'un n'est pas moindre que l'autre du tiers d'un cheveu en poids et mesure et le Très-Haut légifère chaque créature. Et comme le potier connaît l'utilité de chaque pot, ce qui lui suffit, ainsi le Seigneur connaît le corps, combien il est capable de bonté et quand il commence dans le mal, car il n'y a pas de chose créée, ni pensée que le Seigneur ne connaisse pas, car il créa chaque homme d'après sa propre image. Comme de la force d'un homme, ainsi est son travail aussi ; et comme son esprit, ainsi est son travail aussi ; et comme son but, ainsi est son action aussi ; comme son cœur, ainsi est sa bouche aussi ; comme son œil, ainsi est son sommeil aussi ; comme son âme, ainsi est sa parole aussi, soit dans la loi du Seigneur ou dans la loi de Beliar. Et ainsi qu'il y a une division entre lumière et obscurité, entre voir et entendre, ainsi il y a une division entre homme et homme et entre femme et femme aussi.
Non pas qu'on puisse dire qu'il y ait supériorité en quoi que ce soit, ni sur le visage ou autres choses semblables, car Dieu fit toutes choses bonnes dans leur ordre, les cinq sens à la tête et il joignit la tête au cou, ainsi la beauté à la chevelure, la compréhension en plus du cœur, l'estomac pour la partition du ventre, la santé au calamus, la colère au foi, l'amertume à la bile, le rire à la rate, la ruse aux reins, le pouvoir aux vertèbres, la rétention aux côtes, la force au dos et ainsi de suite.
Alors mes enfants, soyez ordonnés pour les bonnes choses dans la crainte de Dieu et ne faites rien de désordonné, par négligence, ou hors de son temps dû. Car si vous essayez d'entendre avec l'œil, il ne le peut pas, non plus que faire des actions de lumière dans l'obscurité. Alors ne vous pressez pas de corrompre vos agissements par exagération, ou par des paroles vides, pour ne pas égarer vos âmes, car si vous gardez le silence en pureté de cœur, vous serez capables d'observer promptement la volonté de Dieu et chasser la volonté du mal. Le soleil et la lune et les étoiles ne changent pas leur ordre, ainsi vous ne changerez pas la loi de Dieu dans le désordre de vos agissements. Des nations se sont égarées et abandonnèrent le Seigneur et changèrent leur ordre et allèrent après pierres et rocs en suivant les esprits d'erreur.
Mais mes enfants, vous ne serez pas ainsi, reconnaissant au firmament, sur la terre et dans la mer et dans toutes choses créées, le Seigneur qui les a tous faits, afin que vous ne deveniez pas comme Sodome qui changea la norme de sa nature, de la même manière les vigiles changèrent la norme de leur nature, eux que le Seigneur maudit aussi au déluge et qui, à cause de leurs desseins, rendirent la terre désolée jusqu'à ce qu'elle soit inhabitée et sans fruit.
Je dis ces choses mes enfants, parce que j'ai lu dans l'écrit sacré de Hénoch que vous vous détournerez aussi du Seigneur, marchant d'après toute la méchanceté des païens et agissant d'après toute l'iniquité de Sodome. Et le Seigneur amènera la captivité sur vous et là vous servirez vos ennemis et vous serez assaillis par toute affliction et tribulation jusqu'à ce que le Seigneur vous ait tous ravagés. Et après que vous serez diminués et rendus peu nombreux, vous reviendrez et connaîtrez le Seigneur votre Dieu et il vous fera revenir sur votre propre terre conformément à son abondante pitié. Et il arrivera après qu'ils seront entrés dans la terre de leurs pères qu'ils oublieront de nouveau le Seigneur et agiront mauvaisement, et le Seigneur les dispersera sur la surface de toute la terre jusqu'à ce que la compassion du Seigneur vienne, un homme agissant justement et montrant pitié à tous ceux qui sont loin et à ceux qui sont près.
Car dans la quarantième année de ma vie, j'ai vu dans une vision que le soleil et la lune se tenaient encore sur le mont des Oliviers à l'Est de Jérusalem, et voici Isaac le père de mon père nous dit : – Courez et saisissez-les chacun selon sa force et celui qui les attrapera, à lui le soleil et la lune. Et nous coururent tous ensemble et Lévi saisit le soleil et Juda surpassa les autres et attrapa la lune, et ils furent tous deux soulevés avec eux ensemble. Et quand Lévi devint comme le soleil, un certain jeune homme lui donna douze branches de palme et Juda était aussi brillant que la lune et sous ses pieds étaient douze rayons, et Lévi et Juda coururent en se tenant l'un à l'autre. Et voici un taureau sur la terre ayant deux grandes cornes et les ailes d'un aigle sur son dos, et nous espérions le saisir mais ne pouvions pas, car Joseph nous surpassa et le prit et monta avec lui en haut. Et je vis, car j'étais là, et voici un écrit sacré nous apparut disant : – Assyriens, mèdes, perses, élamites, gelachéens, chaldéens, syriens détiendrons en captivité les douze tribus d'Israël. Et après sept mois encore, je vis notre père Jacob debout sur la mer de Jamnia et nous ses fils étions avec lui et voici il vint un bateau battant, plein de chair séchée, sans marins ou pilote, et il était écrit Jacob sur le bateau, et notre père nous dit : – Embarquons sur notre bateau. Et quand nous étions à bord, il se leva une violente tornade et une tempête de vent puissant et notre père qui tenait la barre s'enfuit de nous et étant coincés par la tempête, nous étions emportés par la mer et le bateau était rempli d'eau et battu par une immense vague et il était quasiment cassé en morceaux. Et Joseph s'enfuit sur une petite barque et nous étions tous divisés en douze barques, et Lévi et Juda étaient ensemble. Alors nous furent dispersés très loin. Alors Lévi s'étant noué d'un sac de deuil, pria le Seigneur pour nous tous et alors la tempête cessa, le bateau rejoint immédiatement la terre tout comme en paix. Alors voici Jacob notre père vint et nous nous réjouirent d'un seul accord.
Je racontai ces deux rêves à mon père et il me dit : – Ces choses doivent s'accomplir en leur saison après qu'Israël aura enduré beaucoup de choses. Alors mon père me dit : – Je crois que Joseph vit, car je vois que le Seigneur le compte toujours parmi nous. Et il dit en se lamentant : – Joseph mon enfant tu vis et je ne t'aperçois pas, et tu ne vois pas Jacob qui t'a porté. Et par ses paroles il nous faisait aussi tous pleurer et je brûlais en mon cœur de lui dire qu'il avait été vendu mais je craignais mes frères. Voici mes enfants, je vous ai montré les derniers temps et tout ce qui arrivera en Israël. Alors vous aussi, ordonnez à vos enfants pour qu'ils s'unissent à Lévi et à Juda, parce que le salut se lèvera en Israël par Juda et Jacob sera béni en lui. Car par sa tribu Dieu se verra demeurer parmi les hommes sur la terre pour sauver la race d'Israël et il rassemblera les justes avec les païens ensemble.
Mes enfants, si vous faites ce qui est bien, ensemble hommes et anges vous béniront et par vous Dieu sera glorifié parmi les païens et le démon s'enfuira de vous et les bêtes sauvages vous craindront et les anges se rapprocheront de vous. Car si un homme élève bien un enfant - il en aura bonne mémoire, ainsi aussi pour un bon travail - Dieu en a bonne mémoire. Mais celui qui ne fait pas ce qui est bien, hommes et anges le maudiront, et par lui Dieu sera déshonoré parmi les païens, et le démon le fait sien comme un instrument particulier et toute bête sauvage le maitrisera et le Seigneur le haïra. Car les commandements de la loi sont doubles et doivent être accomplis avec prudence. Car il y a une saison pour un homme d'étreindre sa femme et une saison pour s'en abstenir pour sa prière. Ainsi alors il y a deux commandements et à moins d'être faits dans l'ordre dû, ils portent au péché, c'est ainsi pour les autres commandements aussi. Alors soyez sages en Dieu et prudents, comprenant la disposition des ordres et les lois de chaque action pour que le Seigneur vous aime.
Et alors qu'il les avait chargé de plusieurs paroles semblables, il les exhorta à déplacer ses os à Hébron et devaient l'enterrer avec ses pères. Et après avoir mangé et bu avec un cœur joyeux, il couvrit sa face et mourut. Et ses fils agirent conformément à toutes choses que Nephtali leur père les avait chargés.

Du testament de Gad concernant la rancœur
La transcription du testament de Gad, des choses qu'il dit à ses fils à la 127e année de sa vie, en disant : – Je suis le septième fils né de Jacob et j'étais vaillant pour garder les troupeaux. Je gardais le troupeau la nuit et quand un lion venait, ou un loup ou un léopard ou un ours, ou toute bête sauvage, contre le troupeau, je le pourchassais et de ma main saisissant sa patte et en le faisant tourner en rond, je l'étourdissais et le projetais à deux furlongs et ainsi le tuais. Alors que Joseph nourrissait le troupeau avec nous durant trente jours, et étant délicat il tomba malade en raison de la chaleur et il retourna à Hébron vers son père qui le fit s'étendre près de lui parce qu'il l'aimait. Et Joseph dit à notre père que les fils de Zilpath et de Bilhah frappaient le meilleur des bêtes et les dévoraient sans que Juda et Reuben le sachent. Car il m'avait vu sauver un agneau de la bouche d'un ours que j'avais mis à mort et je tuais l'agneau, étant affligé pour lui, car il ne pouvait pas vivre et nous le mangeâmes et il le dit à notre père. Et pour cette raison, j'étais en colère contre Joseph jusqu'au jour où il fut vendu en Égypte. Et l'esprit de rancœur était en moi et je ne désirais pas voir Joseph, ni l'entendre. Et il nous reprocha à nos faces d'avoir mangé du troupeau sans Juda et quoi qu'il raconte à notre père, il le croyait.
Mes enfants, maintenant je confesse mon péché que j'ai souvent désiré le tuer, car je le haïssais à mort et n'avais aucune sagesse de pitié envers lui dans mes entrailles. Plus encore, je le haïssais à cause de ses rêves et je l'aurais englouti dans la terre des vivants comme un veau dévore l'herbe de la terre. Alors moi et Juda l'avons vendu aux Ismaélites pour trente pièces d'or et en avons caché dix et montré les vingt à nos frères, et ainsi par ma convoitise, j'étais entièrement disposé à sa destruction. Et le Dieu de mes pères [le délivra de mes mains pour que je n'agisse pas injustement en Israël].
Et maintenant mes enfants, écoutez les paroles de vérité pour agir en justice dans toute la loi du Très-Haut et ne vous égarer pas dans l'esprit de rancœur, car il est mauvais dans toutes les actions des hommes. Quoiqu'un homme fasse, le rancunier le déteste ; il ne le louera pas bien qu'il agisse dans la loi du Seigneur ; il ne l'aime pas bien qu'il craigne le Seigneur, prenant plaisir dans ce qui est droit. Il dénigre la vérité, il jalouse celui qui rend sa voie droite, il se réjouit à dire du mal, il aime l'arrogance, car la rancœur a aveuglé son âme de la même manière que je voyais Joseph.
Alors mes enfants, prenez garde à la rancœur parce qu'elle agit injustement contre le Seigneur même, car il n'entendra pas les paroles des commandements concernant l'amour de son prochain et pèche contre Dieu. Lorsqu'un frère trébuche, il voudra aussitôt le déclarer à tous les hommes en étant empressé qu'il soit jugé, puni et exécuté pour ça. Et lorsque c'est un serviteur, il l'accuse auprès de son maître et invente contre lui toutes sortes d'afflictions pour qu'il puisse se faire exécuter. Car la rancœur agit dans la jalousie jusqu'à se rendre malade de jalousie envers ceux qui prospèrent à bien faire, quand cela est vu ou entendu. Comme l'amour restituerait la vie même à un mort et rappellerait ceux qui sont condamnés à mourir, ainsi la rancœur massacrerait le vivant et n'endurerait pas la vie de ceux qui l'offensent pour la moindre chose. Car l'esprit de rancœur agit de concert avec Satan dans un esprit empressé de mort d'hommes en toutes choses, mais l'esprit d'amour agit de concert avec la loi de Dieu avec persistance pour la délivrance d'hommes. La rancœur est mauvaise parce qu'elle est continuellement maintenu en mentant et parlant à l'encontre de la vérité, et elle rend les petites choses grandes et considère l'obscur comme la lumière et appelle le doux amer, et enseigne calomnie, guerre et violence et tout excès de mal et elle remplit le cœur d'un maléfique poison.
Et je vous dis ces choses par expérience mes enfants, pour que vous fuyez la rancœur et penchez pour l'amour du Seigneur. La droiture repousse la rancœur et l'humilité détruit la rancœur, car celui qui est juste et humble a honte d'agir de travers, n'étant pas réprouvé par autrui mais par son propre cœur, car le Seigneur voit son intention. Il ne parle pas contre un homme parce que la crainte du Très-Haut maitrise la rancœur, car craintif, de peur d'offenser le Seigneur, il ne fera rien de mal à aucun homme, non, même en pensée.
Ces choses je les ai apprises en dernier, après m'être repenti au sujet de Joseph, car par la suite d'une pieuse disposition, la réelle repentance détruit l'incertitude et chasse la noirceur, et éclaire les yeux et apporte la connaissance à l'âme et guide l'esprit au salut. Je n'ai pas appris ces choses des hommes, je les ai apprises par la repentance. Et Dieu envoya sur moi une maladie de cœur et s'il n'y avait eu l'intervention des prières de mon père Jacob, aurait-il à peine échoué que mon esprit aurait quitté. Ainsi les choses par lesquelles un homme transgresse, par les mêmes il est puni, car en cela mon cœur était sans merci pour Joseph et dans mon cœur aussi je souffris sans merci et fut jugé pendant onze mois, aussi longtemps que j'étais jaloux de Joseph jusqu'à ce qu'il fut vendu.
Maintenant mes enfant, aimez chacun votre frère et repoussez de vos cœurs la rancœur vous aimant l'un l'autre fermement et en parole et en pensée d'âme. Car je parlais paisiblement avec Joseph en présence de notre père mais dès que je tournais le dos, l'esprit de rancœur obscurcissait mon esprit et dirigeait mon esprit à le tuer. Alors aimez-vous l'un l'autre avec votre cœur, et si un homme pèche contre vous, parlez-lui en aimablement et sortez le poison de rancœur et n'encouragez pas la tromperie dans votre âme. Et s'il confesse et se repend, pardonnez-lui, et s'il le nie, ne vous acharnez pas avec lui de peur qu'il jure et que vous péchiez au double. Ne laissez pas un étranger entendre vos secrets dans votre démarche de peur qu'il vous haïsse et devienne votre ennemi et accomplisse contre vous de grand péché. Car le plus souvent il parlera malicieusement avec vous ou vous contestera méchamment, prélevant son poison en lui. Cependant s'il le nie et est condamné et mit en honte et est silencieux, ne le relancez pas, car celui qui nie se repente afin qu'il ne fasse plus de tort contre vous, oui, aussi il vous respectera et vous craindra et sera en paix avec vous. Mais s'il est sans honte et reste dans sa mauvaise foi, même alors pardonnez-lui dans votre cœur et donnez la vengeance à Dieu. Si un homme prospère mieux que vous, ne soyez pas affligés mais priez aussi pour qu'il ait une prospérité irréprochable, car peut-être est-ce à propos pour vous aussi. Et s'il est plus exalté ne soyez pas jaloux et souvenez-vous que toute chair meure, et rendez gloire à Dieu qui donne des choses bonnes et profitables à tous les hommes. Recherchez les jugements du Seigneur et ainsi votre esprit se reposera et sera en paix, et pensez que même si un homme devient riche par de mauvais moyens, comme Esau le frère de mon père, ne soyez pas jaloux mais attendez pour la fin du Seigneur, car soit il s'empare des bénéfices du méchant ou encore, les laisse au repentant, ou réserve au non-repentant le châtiment pour toujours. Car l'homme pauvre, libéré de jalousie, adresse en toutes choses des remerciements au Seigneur ; il est riche parmi les hommes, car il n'a pas la jalousie malsaine des hommes. Alors pour vos âmes, mettez la haine de côté et aimez-vous l'un l'autre avec droiture de cœur.
Et vous aussi, dites ces choses à vos enfants et qu'ils honorent Juda et Lévi, car d'eux le Seigneur élèvera un sauveur pour Israël. Parce que je sais qu'à la fin, vos enfants se sépareront d'eux et marcheront en toute méchanceté et tromperie et corruption devant le Seigneur.
Et après qu'il se soit reposé un court instant, il leur dit encore : – Mes enfants, obéissez à votre père et enterrez-moi près de mes pères. Et il étira ses jambes et tomba endormi en paix. Et après cinq ans [?], ils le portèrent et l'étendirent à Hébron avec ses pères.

Du témoignage d'Asher concernant les deux faces, de vice et vertu
La transcription du témoignage d'Asher, des choses qu'il dit à ses fils à la cent-vingtième année de sa vie alors qu'il était encore en santé, il leur dit : – Écoutez votre père, vous, enfants d'Asher, et je vous dirais tout ce qui est juste au regard de Dieu, les deux voies que Dieu a données aux fils des hommes et deux pensées et deux actions et deux places et deux fins. Par conséquent, toutes choses vont par deux, l'une correspondant à l'autre. Il y a deux façons, bonne et mauvaise, avec lesquelles vont les deux pensées dans nos poitrines en les différenciant. Si l'âme prend plaisir au bien alors toutes ses actions sont en droiture, et penser qu'elle pèche, elle se repent aussitôt. Car ayant son esprit placé dans la droiture et expulsant la malice, il renverse aussitôt le mal et déracine le péché. Mais si sa pensée tourne du côté du mal, toutes ses actions sont méchanceté et il détourne le bien et prend avec lui le mal et est dominé par Beliar, et même s'il fait ce qui est bien, il le dénature en mal, car bien qu'à chaque fois il commence à faire bien, il amène la fin de son action à faire le mal, vu que le trésor du mal est rempli du poison d'un mauvais esprit. Il y a une âme qui parle en bien de la cause du mal mais la fin de l'action conduit à tromper. Il y a un homme qui n'a aucune pitié envers celui qui remet le mal à son tour et cette chose a deux aspects mais le tout est mauvais. Il y a l'homme qui aime celui qui fait le mal, il cohabite aussi avec le mal, car il a choisi de mourir pour cette cause, pour une mauvaise raison même, et à ce sujet, il est clair qu'il y a deux aspects mais le tout est mauvais, et bien qu'il y ait de l'amour, ce n'est que méchanceté cachant le mal, et même s'il porte un nom qui semble bon, la fin de l'action tend au mal.
Un autre vole, agit injustement, pille, fraude et néanmoins a pitié envers le pauvre ; cela aussi a un aspect double mais le tout est mauvais. En fraudant son prochain il provoque Dieu et jure faussement contre le Très-Haut, et encore il s'apitoie sur le pauvre. Le Seigneur qui ordonne la loi le place à néant en provoquant et raillant le pauvre - il souille l'âme et rend joyeux le corps, il tue beaucoup et a pitié de peu, et cela aussi à un aspect double. Un autre commet adultère et fornication et s'abstient de viandes - il fait le mal même dans son jeûne et il en pervertit plusieurs par son pouvoir et sa richesse, et hors de son excessive méchanceté il pratique les commandements ; cela aussi a un aspect double mais le tout est mauvais. De tels hommes sont comme des porcs ou des lièvres, car ils sont à moitié purs mais sont vraiment impurs pour Dieu ainsi qu'il a déclaré dans les tablettes célestes.
Par conséquent mes enfants, ne portez pas deux faces comme eux, bonté et méchanceté, mais penchez pour la bonté seulement, car Dieu repose dans la bonté et les hommes veulent cela. Fuyez la méchanceté en détruisant le mal par de bonnes actions, car ceux qui sont double-face ne servent pas Dieu, mais leurs propres convoitises pour plaire à Beliar et aux hommes comme eux. Les hommes de bien parmi ceux qui ont un seul visage, même si les double-faces les considèrent être dans l'erreur, s'inclinent devant Dieu seulement. Car beaucoup en tuant le méchant font deux actions, un mal pour un bien, mais le tout est bon, car il déracine et détruit ce qui est mauvais. Un homme hait celui qui montre de la pitié mais il porte préjudice à l'adultère et le traître, cela aussi est double-face mais le tout est bon, car il suit l'exemple du Seigneur en ce qu'il n'accepte pas ce qui semble bon avec ce qui est vraiment mauvais. Un autre ne souhaite pas de bons jours à ceux qui se débauchent, de peur de corrompre sa bouche et polluer son âme, cela aussi est double-face mais le tout est bon, car de tels hommes sont comme les cerfs et les biches qui en condition sauvage semblent impurs alors qu'ils sont tous purs - parce qu'ils marchent dans le zèle de Dieu, ils s'abstiennent aussi de ce que Dieu hait et interdit par ses ordres, et ils préviennent le mal du bien.
Maintenant mes enfants, voyez combien ils sont deux dans toutes choses, l'un envers l'autre, et l'un est caché par l'autre, la mort suit la vie, le déshonneur la gloire, la nuit du jour et l'obscurité la lumière et toutes choses sont mises à jour et les choses justes maintiennent la vie, pour cette raison aussi la vie éternelle est dans l'attente de la mort. Non qu'on puisse dire que la vérité est un mensonge, ni vrai faux, car toute vérité est sous la lumière ainsi que toutes choses sont dessous Dieu. J'ai éprouvé toutes ces choses dans ma vie sans m'être écarté de la vérité du Seigneur, et j'ai recherché les commandements du Très-Haut, en marche de toute ma force avec un visage unique suivant ce qui est bon.
Mes enfants, prenez donc garde aux commandements du Seigneur en suivant la vérité avec un visage unique, car ceux qui ont double-face reçoivent double sanction. Méprisez les esprits d'erreur qui s'acharnent sur les hommes, gardez la loi du Seigneur et ne donnez pas autant d'importance au mal qu'au bien mais observez la chose qui est vraiment bonne et préservez-la avec tous les commandements du Seigneur, ayant confiance en lui et vous reposant sur lui, car les aboutissements que les hommes aspirent démontrent leur droiture, et distinguent les anges du Seigneur des anges du mal. Car si l'âme devient troublée, elle est tourmentée du mauvais esprit qui sert aussi les convoitises et les mauvaises actions, mais dans le calme et la joie elle reconnait l'ange de la paix et le rassurera de vie.
Mes enfants, ne devenez pas comme Sodome qui ne reconnurent pas les anges du Seigneur et périrent pour toujours, car je sais que vous pècherez et que vous serez livrés aux mains de vos ennemis et que la terre sera désertée et vous serez dispersés aux quatre coins de la terre. Et vous serez réduits à rien dans la dispersion comme l'eau inutile jusqu'à ce que le Très-Haut visite la terre et vienne comme un homme, mangeant et buvant avec les hommes, et en paix, brisant la tête du dragon par l'eau. Il sauvera Israël et toutes les nations - Dieu parlant en la personne d'un homme. Pour cette raison, dites ces choses à vos enfants pour qu'ils ne lui désobéissent pas, car j'ai lu dans les tablettes célestes qu'ils lui désobéiront vraiment et agiront déloyalement contre lui, ne donnant pas attention à la loi de Dieu mais aux lois des hommes. Pour cette raison vous serez dispersés comme Gad et comme Dan mes frères qui ne reconnurent pas leurs propres terres, tribu et langue. Mais le Seigneur vous réunira ensemble dans la foi, par l'espérance de sa tendre pitié, pour la cause d'Abraham, d'Isaac et de Jacob.
Et quand il leur dit ces choses, il les chargea en disant : – Enterrez-moi à Hébron. Et il tomba dans un sommeil paisible et mourut, et ses fils firent ensuite comme il les chargea et ils le portèrent et l'enterrèrent avec ses pères.

Du témoignage de Joseph concernant l'abstinence
La transcription du testament de Joseph, quand il fut sur le point de mourir, il appela ses enfants et ses frères ensemble et leur dit : – Mes enfants et frères, écoutez Joseph le bien aimé d'Israël, mes fils portez oreille à votre père. Dans ma vie j'ai vu la jalousie et la mort et je ne me déviais pas de la vérité du Seigneur. Le Seigneur m'aimait et mes frères eux me détestaient, ils voulaient me tuer et le Dieu de mes pères me protégea, ils me laissèrent en bas dans un puits et le Très-Haut me ramena en haut, je fus vendu comme un esclave et le Seigneur me rendit libre, je fus pris en captivité et sa main forte m'aida, j'étais maintenu affamé et le Seigneur lui-même me nourrit, j'étais seul et Dieu me réconforta, j'étais malade et le Très-Haut me visita, j'étais en prison et le sauveur montra faveur envers moi, en chaînes et il me relâcha, face aux calomnies et il plaida ma cause, face aux paroles amères des Égyptiens et il me secourut, face à la jalousie et tromperie et il m'exalta.
Et ainsi Potiphar le chef-cuisinier de pharaon me confia sa maison et je résistais contre une femme honteuse, me pressant de transgresser avec elle, mais le Dieu d'Israël mon père me protégea contre la flamme brûlante. Je fus jeté en prison, j'ai été frappé et ridiculisé et le Seigneur m'accorda de trouver grâce aux yeux du gardien de prison ; car il n'abandonne nullement ceux qui le craignent, ni à l'obscurité, ni aux chaînes, ni aux troubles, ni aux nécessités. Car Dieu n'a pas honte comme l'homme, il n'a pas peur comme le fils d'homme, il n'est pas faible comme celui né de la terre, ou peut-il être mis de côté, mais à tous endroits il est proche et il réconforte de diverses manières, s'éloignant un peu afin de tester la motivation de l'âme. En dix tentations il me montra son approbation et pour chacune d'elles j'endurais, car la persévérance est un contrôle puissant et la patience apporte beaucoup de bonnes choses.
Comme les Égyptiens me menacèrent souvent de mort ! Comme elle me punissait souvent et alors me rappelait et me menaçait quand je ne voulais pas sa compagnie. Et elle me disait : – Tu seras Seigneur sur moi et sur tout ce qui est mien si tu te donnes à moi, et tu seras comme notre maître. Alors je me rappelais les paroles des pères de mon père Jacob et j'entrais dans ma chambre et priais le Seigneur. Et je jeûnais durant ces sept années et je paraissais pour mon maître comme quelqu'un qui vit délicatement, car ceux qui jeûnent pour la cause de Dieu reçoivent beauté de visage. Et si on me donnait du vin, je ne le buvais pas et je jeûnais trois jours, et je prenais ma nourriture et la donnais au pauvre et malade. Et je sollicitais Dieu de bonne heure et pleurais pour la femme Égyptienne de Memphis qui sans cesse me tourmentait, et la nuit elle venait vers moi sous prétexte de me visiter et en premier parce qu'elle n'avait pas d'enfant mâle, elle feignait me compter comme son fils. Et je priais le Seigneur et elle porta un fils mâle. Alor pour un temps elle m'embrassait comme un fils, mais je ne savais pas qu'en toute fin elle cherchait à me faire pencher dans la fornication et lorsque je m'en aperçus, j'en fus peiné jusqu'à mourir, et quand elle partait, je revenais à moi et me lamentais pour elle plusieurs jours, car je voyais sa tromperie et son mensonge. Et je lui déclarais les paroles du Très-Haut si, par hasard, elle se détournerait de sa mauvaise convoitise. Combien de fois m'a-t-elle flatté par des mots comme un homme saint par la ruse de son discours, en louant ma chasteté devant son mari alors qu'elle désirait me détruire quand nous étions seuls. Elle me louait ouvertement comme chaste et me disait en secret : – Ne crains pas mon mari, car il est persuadé de ta chasteté, ainsi personne ne pourra lui dire nous concernant, car il ne le croirait nullement. À cause de toutes ces choses, je me couchais sur le sol dans une toile de sac et suppliais Dieu que le Seigneur me délivre de l'Égyptienne. Et parce qu'elle ne prévalait aucunement, elle revenait vers moi sous l'argument de l'instruction afin qu'elle puisse connaitre la parole du Seigneur et elle me disait : – Si tu voulais que je laisse mes idoles, sois persuasif envers moi et je persuaderai mon mari de quitter ses idoles et nous marcherons dans la loi de ton Seigneur. Et je lui disais : – Le Seigneur ne veut pas que ceux qui le vénèrent soient dans l'impureté, ni prend-t-il plaisir en ceux qui commettent l'adultère. Et elle gardait son calme, languissant de réaliser son désir mauvais. Et je me livrais plus encore au jeûne et à la prière pour que le Seigneur me délivre d'elle. Une autre fois elle me dit : – Si tu ne commets pas l'adultère, je tuerais mon mari et ainsi je te prendrais légalement pour être mon mari. Entendant ça alors, je déchirais mon vêtement et dis : – Femme, honore le Seigneur et ne fais pas cette action mauvaise de peur d'être totalement détruite, car je déclarerais cette pensée déloyale à tous les hommes. Alors elle prenait peur, me suppliait de ne révéler sa méchanceté à personne. Et elle partait, m'apaisant avec des présents et m'envoyant chaque délice des fils d'hommes. Et elle m'envoya de la nourriture aspergée d'artifices et quand l'eunuque qui l'apportait entra, je regardai et vis un homme terrible m'apportant une épée sur un plateau et je perçus que son plan était pour l'égarement de mon âme. Et quand il sortit, je pleurai sans y gouter, ni rien de sa nourriture. Après une journée alors, elle vint et observa la nourriture et me dit : – Qu'est cela de n'avoir pas mangé la nourriture ? Et je lui dis : – C'est parce que tu l'as rempli de mort et comment peux-tu dire je n'approche pas des idoles mais du Seigneur seul ? Maintenant sache que par un ange, le Dieu de mon père m'a révélé ta méchanceté et que je l'ai gardé pour te convaincre, si, par hasard, tu peux le voir et te repentir pour que tu saches que la méchanceté de l'infidèle n'a pas de pouvoir sur ceux qui révèrent Dieu dans la chasteté. Je pris et mangeai devant elle en disant : – Le Dieu de mes pères et l'ange d'Abraham seront avec moi. Et elle tomba sur son visage à mes pieds et pleura et je la relevai et la disputai et elle promit de ne plus faire cette faute. Mais parce que son cœur était déplacé vers moi pour commettre l'immoralité, elle soupira et sa contenance tomba. Et quand son mari la vit, il lui dit : – Pourquoi ta contenance est-elle tombée ? Et elle dit : – J'ai une douleur dans mon cœur et les gémissements de mon esprit m'oppressent. Et il la réconforta, elle qui n'était pas malade. Alors elle courut encore vers moi quand son mari était absent et me dit : – Je me pendrai ou me jetterai dans un puits ou du haut d'un ravin si tu ne te consens pas à moi. Et quand je vis que l'esprit de Beliar la troublait, je priai le Seigneur et je lui dis : – Pourquoi es-tu troublée et perturbée, aveuglée aux péchés ? Pense que si tu te tues, Sethon, la concubine de ton mari, ta rivale, va battre tes enfants et détruira ton souvenir de la terre. Et elle me dit : – Voici alors que tu m'aimes, cela seul est suffisant pour moi que tu tiennes à ma vie et mes enfants. J'ai l'espérance de satisfaire mon désir. Et elle ne savait pas que je parlais ainsi à cause de Dieu et non à cause d'elle, car si un homme tombe dans la passion d'un mauvais désir il en devient alors esclave, comme elle l'était aussi. Et s'il entend une bonne chose vis-à-vis de la passion par laquelle il est dominé, il la comprend selon son mauvais penchant.
Mes enfants, je vous déclare que c'était la sixième heure quand elle me quitta et je restai à genou devant le Seigneur toute cette journée et continuai toute la nuit et au crépuscule je me levai en pleurant et priant pour un relâchement de l'Égyptienne. En dernier elle saisit alors mes vêtements, m'attirant de force d'avoir contact avec elle. Quand je vis dans sa folie qu'elle retenait mes vêtements de force, je m'enfuie nu et elle m'accusa faussement à son mari, et l'Égyptien me jeta en prison dans sa maison et le lendemain l'Égyptien me flagella et me renvoya en prison dans sa maison. Alors que j'étais enchainé, la femme Égyptienne tomba malade de son humilitation et écoutait quand je chantais les louanges au Seigneur comme j'étais dans la cellule de ténèbres et je glorifiais mon Dieu d'une voix joyeuse, car grâce à un prétexte j'avais échappé à la femme Égyptienne. Combien de fois a-t-elle envoyé dire : – Accepte de satisfaire mon désir et je te libèrerais de tes chaines et te relâcherais de la noirceur. Et même pas en pensée je n'ai penché vers elle, car Dieu aime celui qui, dans une cave de noirceur, jeûne avec chasteté plutôt que celui qui vit avec délicatesse dans des chambres secrètes, sans restriction. Et quiconque vit en chasteté et aspire ainsi à la gloire, et si le Très-Haut sait que cela est convenable pour lui, il lui accordera cela ainsi comme pour moi. Combien souvent, alors qu'elle était malade, est-elle venue en bas vers moi à des moments inattendus et écoutait ma voix quand je priais, et quand j'entendais ses gémissements je gardais mon calme. Car lorsque j'étais dans sa maison, elle avait l'habitude de découvrir ses bras et ses seins et ses jambes pour que je tombe devant elle, car elle était très belle, magnifiquement ornée pour me tromper et le Seigneur me protégea de ses charmes.
Mes enfants, voyez maintenant comme la patience fait de grandes choses et prier à jeûne. Et si aussi vous suivez la modération et la pureté de patience et humilité de cœur, le Seigneur habitera parmi vous, car il aime la modération. Et où le Très-Haut demeure, même si un homme subit la jalousie ou l'esclavage ou la calomnie, le Seigneur qui demeure en lui, à cause de sa modération, non seulement le délivrera du mal mais l'exaltera aussi et le glorifiera comme pour moi. Car dans chaque voie l'homme est protégé, soit en intention ou en parole ou en pensée.
Mes frères savaient combien mon père m'aimait et je n'étais pas exalté dans mon cœur. Même quand j'étais enfant, j'avais la crainte de Dieu dans mes pensées, car je savais que toutes les choses finissent et je me tenais dans les restrictions et j'honorais mes frères et par peur pour eux je gardais mon calme quand je fus vendu et ne révéla pas ma famille aux Ismaélites que j'étais le fils de Jacob, un homme grand et puissant.
Alors vous aussi ayez la crainte de Dieu dans vos actions et honorez vos frères, car tout homme qui pratique la loi du Seigneur sera aimé de lui. Et quand j'arrivais à l'[indocolpitae] avec les Ismlites, ils me demandèrent et je dis que j'étais un esclave de leur maison afin que je ne mette pas mes frères dans la honte. Et le plus vieux d'entre eux me dit : – Tu n'es pas un esclave, car ton apparence témoigne à ton sujet. Et même qu'ils me menacèrent de mort, mais je dis que j'étais leur esclave. Alors quand nous arrivâmes en Égypte, ils se disputèrent à mon sujet à savoir lequel d'entre eux m'achèterait et me prendrait. Alors il s'avéra bon pour tous que je reste en Égypte avec un marchand de leur commerce jusqu'à ce qu'ils reviennent apporter marchandise. Et le Seigneur me donna faveur aux yeux du marchant qui me confia sa maison. Et le Seigneur le bénit par mes moyens et le renforça en argent et or et j'étais avec lui trois mois et cinq jours.
Dans ce temps la femme de Potiphar de Memphis passa en grande pompe et jeta ses yeux sur moi parce que ses eunuques lui parlèrent à mon sujet, et elle raconta à son mari à propos du marchand, qu'il était devenu riche aux moyens d'un jeune Hébreu que les hommes avaient déporté de la terre de Canaan, et elle dit : – Maintenant exécute ton jugement sur lui et prends le jeune pour être ton intendant afin que le Dieu des Hébreux te bénisse, car la grâce du ciel est sur lui. Et Potiphar fut persuadé par ses paroles et commanda au marchand de m'apporter et il lui dit : – Qu'est-ce que j'entends, que tu voles des âmes de la terre des Hébreux et les vends comme esclaves ? Le marchand tomba sur sa face et le supplia en disant : – Je te supplie mon Seigneur, je ne sais rien de ce que tu dis. Et il dit : – Depuis quand cet Hébreu est-il ton serviteur ? Et il dit : – Les Ismaélites me l'ont confié jusqu'à ce qu'ils reviennent. Et il ne le croyait pas et commanda qu'il soit déshabillé et frappé, et comme il persistait, Potiphar dit : – Que le jeune soit amené. Et quand je fus amené, j'obéis au chef des eunuques, car il était au troisième rang auprès de pharaon, étant chef de tous les eunuques et ayant femmes, enfants et concubines. Et il me prit à part et me dit : – Es-tu un esclave ou libre ? Et je dis : – Un esclave. Et il me dit : – De qui es-tu esclave ? Et je dis : – Des Ismaélites. Et il me demanda encore : – Comment es-tu devenu leur esclave ? Et je dis : – Ils m'achetèrent de la terre de Canaan. Et il ne me croyait pas et dit : – Tu mens. Et il commanda que je sois déshabillé et frappé.
Alors que la femme de Memphis regardait par une fenêtre tandis qu'on me frappait, elle envoya dire à son mari : – Ton jugement est injuste, car tu punis un homme libre qui a été volé comme s'il était un transgresseur. Et comme je ne donnai aucune autre réponse même étant battu, il commanda qu'on me garde en surveillance jusqu'à, dit-il, que les propriétaires du garçon viennent. Et sa femme lui dit : – Pourquoi mettrais-tu en captivité ce noble enfant qui mérite plutôt être remis en liberté et qui attend après toi ? Car elle espérait me voir au désir du péché mais j'étais ignorant concernant toutes ces choses. Alors il dit à sa femme : – Ce n'est pas l'usage des Égyptiens de prendre ce qui appartient aux autres avant qu'une preuve soit donnée. Il dit cela à propos du marchand, et me concernant je devais être emprisonné.
Après vingt-quatre jours les Ismaélites revinrent et ayant entendu que mon père Jacob se lamentait à cause de moi, ils me dirent : – Comment se fait-il que tu dises être un esclave ? Car voici, nous avons appris que tu es le fils d'un grand homme de la terre de Canaan et que ton père s'afflige pour toi dans une toile de sac. Et j'allais encore pleurer mais je me retins afin de ne pas mettre mes frères dans la honte. Et je dis : – Je ne sais pas, je suis un esclave. Alors ils prirent conseil de me vendre pour que je ne sois pas trouvé entre leurs mains. Car ils craignaient Jacob qui pouvait faire venir sur eux une vengeance mortelle parce qu'on avait entendu qu'il était puissant avec le Seigneur et avec les hommes. Alors le marchand leur dit : – Relâchez-moi du jugement de Potiphar. Alors ils allèrent et me réclamèrent en disant : – Il a été acheté par nous contre de l'argent. Et il nous renvoya.
Alors la femme de Memphian me désigna à son mari pour qu'il m'achète et dit : – Car j'ai entendu qu'ils le revendaient. Et elle envoya un eunuque aux Ismaélites et leur demanda de me vendre, mais parce qu'il ne voulait pas faire affaire avec eux il rentra ; ainsi l'eunuque négocia avec eux et fit savoir à sa maitresse qu'ils demandaient un gros prix pour leur esclave. Et elle envoya un autre eunuque en disant : – Même s'ils demandent deux mines d'or, fait attention de ne pas gaspiller l'or, achète seulement le garçon et apporte-le vite. Et il leur remit quatre-vingts pièces d'or contre moi et dit à sa maitresse que cent avait été donné contre moi. Et quand je vis ça je gardai mon calme pour que l'eunuque ne soit pas puni.
Voyez mes enfants quelles grandes choses j'endurais afin que je ne mette pas mes frères dans la honte. Vous aussi aimez-vous les uns les autres et de grande persistance, cachez les fautes l'un de l'autre, car Dieu se plait dans l'unité des frères et dans la résolution d'un cœur disposé à l'amour ; car lorsque mes frères vinrent en Égypte et apprirent que je leur avais remis leur argent et ne leur reprochais rien - même que je les réconfortais. Et après la mort de Jacob je les aimais encore plus, et toutes les choses qu'il commanda, j'en faisais encore plus, alors ils s'émerveillèrent. Car je ne supportais pas qu'ils s'affligent pour la moindre chose et tout ce que j'avais en ma main je leur donnais. Leurs enfants étaient mes enfants et mes enfants étaient comme leurs serviteurs, leur vie était ma vie et toutes leurs souffrances étaient ma souffrance et chacune de leur maladie était mon infirmité. Ma terre était leur terre, mon conseil leur conseil, et je n'exaltais pas d'arrogance parmi eux à cause de ma gloire terrestre mais j'étais parmi eux comme l'un des derniers.
Mes enfants, si vous aussi marchez dans les ordres du Seigneur, il vous en exaltera et vous bénira par de bonnes choses pour toujours et à jamais. Et si quelqu'un cherche à vous faire du mal, faites pour lui, de bonne volonté, une prière et il sera déclamé de tout mal par le Seigneur. Car voici, voyez, par persistance je pris la fille de mon maître même pour femme et cent talents d'or me furent donnés avec elle, car le Seigneur fit en sorte qu'ils me soient utiles. Et il me donna aussi la beauté comme une fleur au-delà des plus belles d'Israël et il me préserva force et beauté en âge avancé, car j'étais comme Jacob en toutes choses.
Mes enfants, entendez aussi les visions que je vis. Il y avait douze cerfs se nourrissant et neuf étaient divisés et dispersés sur la terre, ainsi que les trois autres. Et je vis qu'à Juda était née une vierge portant un vêtement de lin et d'elle naquit un agneau sans tâche et à sa main gauche il y avait comme si c'était un lion et toutes les bêtes se précipitaient contre lui et l'agneau les maitrisa et les détruit et les foula au pied. Et à cause de lui, les anges se réjouissaient et les hommes et toute la terre. Et ces choses prendront place en leur saison dans les derniers jours.
Mes enfants, vous aussi, observez les commandements du Seigneur et honorez Juda et Lévi, car d'eux se lèvera pour vous l'agneau de Dieu qui sauvera tous les païens et Israël par miséricorde. Car son royaume est un royaume éternel qui ne sera pas ébranlé mais mon royaume parmi vous viendra à sa fin comme un hamac de surveillant qui à la fin de l'été n'apparait plus.
Je sais qu'après ma mort les Égyptiens vous affligeront mais Dieu défendra votre cause et vous amènera vers ce qu'il a promis à vos pères. Mais apportez mes os avec vous, car quand mes os seront repris, le Seigneur sera lumière avec vous et Beliar sera obscurité avec les Égyptiens. Et rapportez Zilpah votre mère et étendez-la près de Bilhah vers l'hippodrome à côté de Rachel.
Et quand il dit ces choses, il étendit ses pieds et dormit du long sommeil. Et tout Israël le déplorèrent, et toute l'Égypte, d'une grande plainte, car il était avec les Égyptiens comme avec ses proches membres et leur montrait bienveillance, les aidant dans tout travail et conseil et affaire.

Du témoignage de Benjamin concernant une conscience pure
Transcription des paroles de Benjamin qu'il prononça pour ses fils après avoir vécu cent-vingt ans. Et il les embrassa et dit : – Comme Isaac fut né d'Abraham dans sa centième année, moi aussi je le fus de Jacob. Comme Rachel mourut en me donnant naissance, je n'avais pas de lait, alors je tétais de Bilhah sa servante. Car Rachel resta infertile douze ans après qu'elle donna naissance à Joseph et elle pria le Seigneur en jeûne pendant douze jours et elle conçut et me porta. Car notre père aimait chèrement Rachel et pria qu'il puisse voir deux fils d'elle. Alors je fus appelé le fils des jours qui est Benjamin.
Quand j'allais en Égypte et que Joseph mon frère me reconnut, il me dit : – Qu'ont-ils dit à mon père pour m'avoir vendu ? Et je lui dis : – Ils trempèrent ton manteau dans du sang et l'envoyèrent dire, Regarde si c'est le manteau de ton fils. Et il me dit : – Même qu'aussi, frère, quand les Ismaélites m'emportèrent, l'un d'eux me dépouilla de mon manteau et me donna une ceinture et me flagella et me força à courir, et alors qu'il allait cacher mon vêtement, un lion le rencontra et le tua, et ainsi ses camarades eurent peur et me vendirent à leurs compagnons.
Mes enfants, vous aussi aimez le Seigneur Dieu des cieux et gardez ses commandements et soyez disciples du bon et saint homme Joseph et placez votre conscience dans le bien ainsi que vous me connaissez. Celui dont la conscience est bienveillante place toute chose correctement. Craignez le Seigneur et aimez votre prochain, et même si les esprits de Beliar vous attirent en toute méchanceté troublante, ne laissez aucune méchanceté troublante avoir la domination sur vous, comme cela n'a pas eu le dessus sur mon frère Joseph. Combien d'hommes désiraient le frapper et Dieu fut son bouclier, car celui qui craint Dieu et aime son prochain ne peut pas être giflé par l'esprit de l'air de Beliar, étant sous un bouclier par la crainte de Dieu ; ni peut-il être dominé par les moyens des hommes ou des bêtes, car il est aidé de l'amour du Seigneur qu'il a envers son prochain. Car il a même supplié Jacob notre père pour qu'il prie pour nos frères que le Seigneur ne leur impute pas le mal qu'ils ont conspiré au sujet de Joseph. Et alors Jacob s'écria : – Mon enfant Joseph, tu l'emportes sur les entrailles de ton père Jacob. Et il le serra et l'embrassa pendant deux heures en disant : – En toi sera accomplie la prophétie du ciel concernant le sauveur du monde même, l'agneau de Dieu, sans tâche, qui sera livré pour les transgresseurs, sans péché, qui sera mis à mort pour les hommes impies, dans le sang de l'alliance pour le salut des païens et d'Israël, et il détruira Beliar et ceux qui le servent.
Mes enfants, comprenez la fin de l'homme bon, soyez les disciples de sa compassion dans un bon esprit, pour que vous portiez des couronnes de gloire vous aussi. L'homme bon n'a pas mauvais œil, car il montre de la pitié pour tous les hommes, même s'ils sont des pécheurs, même s'ils inventent le mal à son sujet.
Ainsi celui qui fait du bien surmonte le mal, étant sous le bouclier de celui qui est bon, et il aime le juste comme sa propre âme. Si quelqu'un est glorifié, il n'est pas jaloux ; si quelqu'un s'enrichie, il ne l'envie pas ; si quelqu'un est courageux, il le loue ; il croit et honore celui dont la conscience est modeste, qui a pitié du pauvre, qui est à l'écoute du faible avec bonté, qui chante des louanges à Dieu. Car à celui qui a la crainte de Dieu, il le protège ainsi qu'un bouclier, il aide celui qui aime Dieu, il réprimande et évite celui qui rejette le Très-Haut et il aime comme sa propre âme celui qui a la grâce d'un bon esprit.
Mes enfants, si vous avez bonne conscience alors même les hommes mauvais seront en paix avec vous et les débauchés vous donneront considération et redeviendront bons, et non seulement les convoiteurs se retiendront de leur excessive envie mais ils remettront les fruits de leur convoitise à ceux qui sont affligés. Si vous faites le bien, même les esprits impurs s'enfuiront de vous ; oui, les pires bêtes s'enfuiront de terreur devant vous, car lorsque la considération des bonnes actions se présente dans la conscience, l'obscurité s'enfuit de lui. Si quelqu'un est injurieux à un homme saint, il s'en repentira, car l'homme saint manifeste sa pitié envers cet insulteur et garde son calme. Et si quelqu'un trahit une âme juste et le juste homme - même en priant soyez humiliés pour un temps, car peu après il apparaitra de loin plus glorieux, comme mon frère Joseph l'était.
La conscience d'un homme bon n'est pas sous le pouvoir de l'esprit d'erreur de Beliar, car un ange de paix conduit son âme. Il ne regarde pas les choses corruptibles passionnément, ni ne rassemble les riches ensemble par désir de plaire, il ne se complait pas au plaisir, il ne blesse pas son prochain, il ne se gâte pas en nourriture, il ne trompe pas par des yeux hautains, car le Seigneur est sa portion. La bonne conscience ne connait pas la gloire et déshonneur des hommes, ni ne connait aucune faute ou mensonge ou combat ou haine, car le Seigneur habite en lui et se complait dans son âme, et il se réjouit envers tous les hommes, en tout temps. La bonne conscience n'a pas deux langues, une pour bénir l'autre pour maudire, une pour insulter ou l'autre pour honorer, une pour pleurer ou l'autre pour s'égayer, une tranquille ou l'autre troublée, une hypocrite ou l'autre véritable, l'une pauvre ou l'autre prospère, mais il a une seule disposition pure et non-corrompue au sujet de tous les hommes. Il n'a pas une vue double, ni ouïe double, car en tout ce qu'il fait ou parle ou voit, il sait que le Seigneur veille sur son âme et il purifie sa conscience afin de n'être pas condamné par Dieu, ni les hommes. Mais tout acte de Beliar est double et n'a pas d'unicité.
Donc mes enfants, fuyez la malfaisance de Beliar, car il donne une épée à ceux qui obéissent et l'épée est la mère des sept maux. Premièrement la conscience conçoit par Beliar et en premier est la jalousie, en deuxième désespoir, en troisième angoisse, en quatrième captivité, en cinquième nécessité, en sixième harcèlement, en septième désolation. Pour cette raison aussi Caïn fut livré aux sept vengeances par Dieu et chaque cent ans le Seigneur amena une plaie sur lui. Il a souffert deux cents ans et dans la neuf-centième année il fut amené en désolation par le déluge pour la cause d'Abel son juste frère. Caïn fut jugé sur sept-cents ans et Lamech sept fois sept, parce que ceux qui sont comme Caïn dans la jalousie et la haine des frères seront jugés du même sort.
Mes enfants, vous aussi fuyez le méfait, la jalousie et la haine des frères et adhérez à la bonté et l'amour. Celui qui a une conscience pure d'amour ne regarde pas une femme pour la fornication, il n'a aucune souillure dans son cœur, car l'esprit de Dieu se repose en lui. Comme le soleil ne se souille pas en brillant par-dessus la boue et le compost mais les assèche plutôt et détourne l'odeur mauvaise, ainsi aussi la conscience pure restreint les souillures de la terre, édifie plutôt et ne supporte en soi aucune souillure.
Selon les paroles du juste Hénoch je suppose maintenant qu'il y aura aussi des malfaiteurs parmi vous, car vous commettrez fornication sur la fornication de Sodome et allez tous périr sauf un peu, et vous multiplierez d'excessives convoitises avec des femmes et le royaume du Seigneur ne sera pas parmi vous, car aussitôt il le reprendra. Néanmoins le temple de Dieu sera construit dans votre portion et sera glorieux parmi vous, mais il le reprendra, et les douze tribus seront réunis là et tous les païens, jusqu'à ce que le Très-Haut envoie son salut au procès de son seul engendrement et il entrera par la porte avant du temple et là le Seigneur sera traité avec outrage et il sera monté en haut d'un arbre et le voile du temple se déchirera et l'esprit de Dieu descendra sur les païens comme du feu répandu. Et il se relèvera de son tombeau et montera de la terre au ciel et je sais combien il sera parfaitement humble sur la terre et combien glorieux dans le ciel.
Quand Joseph était en Égypte je languissais de voir son visage et la forme de son apparence, et à travers les prières de Jacob, alors je le vis, éveillé, en plein jour, dans sa forme complète et parfaite.
Mes enfants, sachez maintenant que je vais mourir, alors agissez chacun de vous avec vérité et justice envers son prochain et avec jugement pour les travaux à faire fidèlement, et gardez la loi du Seigneur et ses commandements, car je vous enseigne ces choses plutôt que tout héritage et vous aussi donnez-les à vos enfants en possession éternelle ainsi que l'ont fait Abraham et Isaac et Jacob. Toutes ces choses qu'ils nous donnèrent en héritage en disant : – Gardez les ordres de Dieu jusqu'à ce que le Seigneur révèle son salut à toutes les nations. Alors vous verrez Hénoch, Noah et Shem et Abraham et Isaac et Jacob se lever de bonheur du côté droit. Alors nous nous élèverons aussi, chacun pour sa tribu, vénérant le roi du ciel qui apparut sur la terre dans la forme d'un homme d'humilité. Et aussi nombreux, ceux qui crurent en lui sur la terre se réjouiront avec lui, et alors tous les hommes se lèveront, certains dans la gloire et certains dans la honte et le Seigneur jugera Israël en premier pour le tort qu'ils lui ont fait, car lorsqu'il apparut comme un sauveur, Dieu en chair, ils ne le crurent pas, et ensuite il jugera tous les païens, aussi nombreux que ceux ne le crurent pas quand il apparut sur terre. Et il désavouera Israël chez les élus païens comme il désavoua Ésaü chez les midianites, qui trompèrent leurs frères afin qu'ils tombent dans la fornication et l'idolâtrie, et qui furent écartés de Dieu et devinrent comme ceux qui n'ont pas d'enfant dans la part de distribution de ceux qui craignent le Seigneur.
Mais si vous marchez dans le sacré en présence du Seigneur, vous demeurerez en moi encore, dans l'espoir, et tout Israël se réunira pour le Seigneur. Et je ne serais plus appelé un loup ravageur à cause de vos ravages mais un travailleur du Seigneur, distribuant à manger à ceux dont le travail est bien. Et un bien-aimé de Dieu [il s'agit de l'apôtre Paul] se lèvera de ma semence dans les temps éloignés, élevant sa voix sur la terre, éclairant de nouvelle connaissance tous les païens, faisant irruption en Israël pour le salut, avec la lumière du savoir, et le déchirant au loin comme un loup et le donnant à la synagogue des païens - et jusqu'à consommation des âges, il sera dans les synagogues des païens et parmi leurs chefs comme un accord de musique dans la bouche de tous, et il sera inscrit dans les livres sacrés autant pour son travail que sa parole, et il sera un élu pour Dieu pour toujours, et à cause de lui mon père Jacob m'instruit en disant : – Il remplira ce qui manque à cette tribu.
Et quand il termina ses mots, il dit : – Mes enfants, je vous charge de porter mes os hors d'Égypte et de m'enterrer à Hébron près de mes pères. Alors Benjamin mourut à cent vingt-cinq ans dans un âge bien avancé et ils le placèrent dans un cercueil. Et dans la quatre-vingt onzième année du départ des enfants d'Israël d'Égypte, eux et leurs frères apportèrent les os de leurs pères secrètement dans un endroit appelé Canaan et ils les enterrèrent à Hébron aux pieds de leurs pères. Et ils repartirent de la terre de Canaan et habitèrent en Égypte jusqu'au jour de leur départ de la terre d'Égypte.


Corrections et annotations de Menahem Macina.