Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Négationnisme

Une école régionale américaine invite des élèves de terminale à envisager la remise en cause de l'Holocauste
Melissa Pamer
06/05/2014


Sur le site ktla.com de Los Angeles, 06 mai 2014


L'école régionale de Rialto [Etats-Unis] envisage de réviser l'énoncé d'une dissertation proposée aux élèves de huitième année, dont la teneur a semé l'émoi. Il leur était demandé d'examiner les arguments « selon lesquels l'Holocauste – la mise à mort systématique par les nazis de 6 millions de Jews et de millions d'autres personnes – n'était pas un « événement réel », mais plutôt un « outil de propagande utilisé à des fins politiques et financières ».

$imgfile

Unified School District building. (Credit: KTLA)

Dans un premier temps, l'école avait défendu sa position, comme on peut le lire dans le San Bernardino Sun:

« Lorsque des événements tragiques ont lieu dans l'histoire, il y a souvent débat sur leur existence réelle », peut-on lire dans l'énoncé. « Par exemple, certaines personnes affirment que l'Holocauste n'est pas un réel événement historique, mais plutôt un thème de propagande qui a été utilisé à des fins politiques et pour en tirer des avantages pécuniaires. En fonction de votre recherche sur cette question, rédigez une dissertation critique, en utilisant des preuves textuelles dûment citées, dans laquelle vous expliquerez si oui ou non vous pensez que l'Holocauste a été un événement historique réel, ou qu'il s'agit simplement d'un schéma politique inventé destiné à susciter l'émotion publique et à en tirer des bénéfices. Ayez soin de répondre aux arguments contraires à vos affirmations. Vous devez également utiliser des citations entre guillemets, et mentionner les références aux ouvrages cités, en précisant les pages auxquelles vous référez. »

Mais la nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre semant un émoi bien compréhensible. Dans un communiqué rendu public lundi, une porte-parole de l'Ecole Régionale Unifiée de Rialto a déclaré qu'une équipe d'universitaires se réunissait pour réviser l'exposé de la dissertation.

Selon une déclaration de Syeda Jafri, la porte-parole régionale, le Directeur par interim, Mohammad Z. Islam, va s'entretenir avec les administrateurs pour « s'assurer que la moindre allusion à la non-existence' de l'Holocauste » soit éliminée de toute future recherche critique ».

« L'Holocauste devra être enseigné en classe avec délicatesse et une profonde attention aux victimes qui ont enduré les atrocités commises », a dit Jafri.

$imgfile

(Document et crédit photo: San Bernardino Sun)

L'énoncé de la dissertation compte 18 pages et réfère à trois sources – qu'il est enjoint aux étudiants d'utiliser –, dont l'une affirme que les gazages dans les camps de concentration sont un « bobard » et qu'on n'a produit aucune preuve que des Juifs soient morts dans des chambres à gaz.

« Avec tout cet argent à la clé pour Israël, il est facile de comprendre pourquoi on garde un tel silence sur ce bobard de l'Holocauste »,

affirme cette source qui se réfère à une page Web du site biblebelievers.org.au.

« Vous êtes priés de contribuer, dans la mesure de vos possibilités, à faire voler en éclats ce mythe générateur de profits. Il est temps que nous cessions de sacrifier le bien-être de l'Amérique au profit d'Israël, et que nous dépensions nos dollars chèrement gagnés pour les Américains. »

Dans une interview, Rabbi Abraham Cooper, co-responsable du Centre Simon Wiesenthal à Los Angeles, signale qu'un passage des directives affirme que le récit d'Anne Frank est une falsification.

Le comité de l'Anti-Defamation League pour la région de Los Angeles a pris contact avec le collège la semaine dernière, pour affirmer que ce devoir était dangereux « étant donné l'importante quantité de fausse information que l'on trouve sur ce sujet sur les sites Web de négation de l'Holocauste ».

On peut lire ce qui suit dans un e-mail adressé au collège par le directeur régional associé de l'Anti-Defamation League à Los Angeles, Matthew Friedman :

« La position générale de l'ADL est qu'un exercice demandant à des élèves de se demander si l'Holocauste a eu lieu, n'a aucune valeur scientifique ; il ne fait que légitimer les promoteurs haineux et antisémites de la négation de l'Holocauste. »

Le collège Rialto Unified, situé dans le Comté de San Bernardino, à quelque 80 km de Los Angeles, compte environ 26.000 élèves ? Syeda Jafri, sa porte-parole, a déclaré au Sun, que l'établissement n'a pas reçu de plaintes des parents, ni des enseignants ni des administrateurs.

Après avoir initialement défendu la position de l'école, le conseil régional envisage de réviser les termes du devoir, comme évoqué plus haut. Interviewée, Jafri a affirmé :

« Ce fut une erreur. Elle devrait être corrigée. Elle sera corrigée. Nous savons tous que c'est vrai. L'Holocauste n'est pas un bobard. […] Je crois que nos maîtres de classe l'enseignent avec sensibilité et compassion. »

The Common Core State Standards, adopted by most U.S. states including California, include writing standards that seek to have students make arguments and defend their answers based on texts they have read, among other goals.

Sara Welch, de KTLA a contribué à la rédaction de cet article.


© Adaptation française par Menahem Macina